Joyland de Stephen King

Titre : Joyland

Auteur : Stephen King

Traducteur : Nadine Gassie

Genre : Horreur

Maison d’édition : Albin Michel

Date de parution : 30/04/2014

Nombre de page : 323

Nombre de tome :

Prix : 21.90 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais…

note

mon-avis

C’est quasiment un miracle que t’ailles à l’université, comme Erin et moi, et c’est pas en travaillant à Joyland qu’on risque de se payer une limousine un jour. Qu’est-ce que t’a dans le citron ? Ta mère t’a laisser tomber sur la tête quand t’étais petit ou quoi ?

En premier lieu, je remercie Nina de m’avoir fait découvrir ce roman !

Dans Joyland, l’histoire est racontée par un monsieur âgé d’une soixantaine d’années. Il parle donc de l’été qu’il a passé à travailler à Joyland. Ainsi que de l’enquête qu’il va mener sur un meurtre survenu 4 ans plus tôt. J’ai plutôt bien apprécié « Joyland » même si j’avoue que je m’attendais à beaucoup mieux. L’histoire se déroule au fur-et-à-mesure en nous jetant quelques infos par-ci par-là de manière à nous tenir en suspens. Les personnages sont très attachants et j’ai aimer les suivre durant tout le long du roman. Mais il y a un petit hic, le roman est qualifié du genre « Horreur », ce n’est du tout justifier, malheureusement le récit ne fait pas peur.  Bien entendu, il paraît que Stephen à fait de meilleurs romans et je compte bien sûr les découvrir.

Publicités

Frozen, tome 3 : la tour grise. Melissa de la Cruz & Michael Johnston

Titre : Frozen, tome 3 : la tour grise

Auteur : Melissa de la Cruz & Michael Johnston

Traducteur : Nathalie Huet

Genre : Jeunesse, Fantasy

Maison d’édition : Albin Michel

Date de parution : 02/11/2016

Nombre de page : 329

Nombre de tome : 3

Prix : 15.90 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

Nat a perdu son Drakon, Wes se meurt dans ses bras et Avo Hubik, de retour dans l’armée, menace ses amis de toute sa puissance de feu. Tout ce que la jeune fille avait réussi à accomplir n’est plus. Ne reste que la mort, la glace et le sang. Ainsi qu’un espoir, un infime espoir. Au loin, dans la plus haute tour de New Dead City, alias New York, repose le palimpseste d’Archimède, l’artefact créateur de mondes, la seule magie à même de le sauver.Mais comment Nat pourrait-elle l’atteindre quand se dressent sur sa route toute une armée, la sournoise Eliza et son propre Drakon ? Sans oublier le palimpseste lui-même qui ne livrera le sort qu’il contient que si la drakonnière s’en montre digne… et lui sacrifie tout ce qu’elle a de plus cher !

note

mon-avis

Rouge, la couleur du désir

Noir, c’est celle du désespoir

Victor Hugo,

« Rouge et noir », Les misérables.

Δ Ne pas lire cette chronique si vous n’avez pas lu les autres tomes; cela pourrait vous spoiler.

L’intrigue continue d’avancer et l’on reprend la lecture dans une ambiance assez triste. Mais dès le départ on ne nous laisse aucun répit. L’action est au rendez-vous et ce tout au long, quand on pense que nos personnages ont enfin un moment pour souffler et ben NON C’EST REPARTI pour un tour. Les épreuves se révèlent de plus en plus difficiles pour nos personnages. De plus , c’est un tome assez tristounet surtout si vous vous êtes attaché à tous les personnages du fait de nombreuses morts.

J’étais toujours aussi heureuse de retrouver Nat et sa bande qui nous transmettent leur bonne humeur même dans les circonstances les plus tristes. Comme je le dis plus haut les épreuves que doivent affronter nos différents personnages sont de plus en plus difficiles et les choses se passent difficilement, pas toujours comme prévu et beaucoup de sacrifices sont faits. C’est un élément qui pour moi est positif dans le sens où je déteste quand les choses se passent trop facilement et que les personnages ressortent haut la main de quelque chose dont il sont censés ressortir presque agonisant, j’avoue que j’exagère un peu sur le côté agonisant. Fort heureusement, ici plus on avance dans le récit et plus on rencontre de difficultés et d’obstacles. Ce qui me semble important dans les trilogies, notamment dans le dernier tome. Je ne vais pas en dire davantage puisque vous découvrirai tout ceci de vous même.

La plume de l’auteur est toujours aussi enrichissante et plaisante à lire. Toutes les questions que j’ai pu me poser dans la totalité de la trilogie ont eu leur réponse, quant à la fin elle m’a fait frissonner, je ne pensais pas que ça se terminerait ainsi mais j’ai vraiment adoré. J’ai lu plusieurs livres de Melissa de la Cruz, et cette trilogie reste celle que j’ai préférée.

En conclusion, ce troisième tome, fût presque un coup de cœur ! Chargé d’émotions, d’humour, et de magie. J’ai vraiment adoré découvrir cette trilogie dont je n’attendais pas grand-chose au départ.

Dis-moi que tu m’aimes, tome 2 : Prends-moi dans tes bras de Francisco de Paula Fernandez

 

prends-moi dans tes bras

fiche-technique

Titre : Dis-moi que tu m’aimes, tome 2 : Prends-moi dans tes bras

Auteur : Franscisco de Paula Fernandez

Genre : Romance

Maison d’édition- collection : Albin Michel -Wiz

Date de parution : 02/05/2013

Nombre de pages : 557

Nombre de tomes : 3 ( dont 2 sortis en France )

Prix : 17.90 €

résumé

Paula et l’amour, c’est fini, terminé à jamais. Après sa rupture avec Angel, la jeune fille n’aspire plus qu’à une vie tranquille et à des sorties entre copines. C’est compter sans Antoine, rencontré au cours d’un week-end à Paris. S’il ne hantait que ses pensées, Paula serait en paix… mais non, le voilà à Barcelone ! Sur les traces de celle qu’il n’a lui non plus pas oubliée.

note

3

mon-avis

albin michel

Comme vous le savez sûrement, je n’aime pas vraiment les romances sauf s’il y a une autre histoire qui prend plus de place. « Prends-moi dans tes bras » ne fait pas exception à la règle puisque c’est cliché et gnangnan. Ce que je veux dire par là, c’est surfait, on sait d’avance ce qui va se passer, et puis on dirait un peu ces dessins animés espagnols qui passe sur Disney Channel comme Floricienta et Violetta, vous voyez le genre de romance ?

Cependant il n’y a pas que du mauvais. Je dirai d’ailleurs que ce second tome était mieux que le précédent. Puisque ici on a plusieurs histoires d’amour qui s’entremêlent sans qu’elles soient toutes liées à Paula. Malgré tout, c’est un aspect qui m’a beaucoup tapé sur le système puisque c’est toujours Paula la meilleure, Paula l’intelligente, Paula la plus belle, Paula celle qui a tous les mecs à ses pieds. Je n’avais qu’une envie, celle de toutes les secouer et de leur dire que Paula n’est pas le nombril du monde. Ceci dit l’entrée de nouveaux personnages dans ce second tome est un plus puisqu’on apprend à les connaître et la nouveauté fait du bien. 

Le roman est réparti en 98 chapitres alternant les points de vue des divers personnages. Je me suis d’ailleurs ennuyé dans certains comme ceux d’Alex et Katia par exemple. Sinon l’histoire est plutôt bien menée et j’ai passé un bon moment. Mais j’ai quand même eu un peu de mal à le terminer.

Treize raisons de Jay Asher

te succomber

 

fiche-technique

Titre : Treize raisons

Auteur : Jay Asher

Genre : Jeunesse, Drame

Maison d’édition : Albin Michel

Date de parution : 03/03/2010

Nombre de pages : 284 pages

Nombre de tomes : 1

Prix : 13.50 €

résumé

Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

note

3

mon-avis

Je pense avoir attendu un peu trop longtemps pour écrire cette chronique car cela fait déjà plus d’une semaine que j’ai terminé cette lecture. C’est un livre que j’ai vite lu, mais qui me laisse une impression mitigée. J’ai passé un bon moment avec ce roman, mais il ne m’a pas plus convaincue que ça, je m’attendais à quelque chose de différent, de plus émouvant peut-être. Ma chronique sera assez courte car il s’agit d’un livre comptant assez peu de pages.

L’histoire est racontée à la première personne par Clay, un jeune homme plutôt banal en âge d’aller au lycée. Ce qui est moins banal, c’est que l’une des filles de son école, Hannah, s’est suicidée quelques semaines auparavant. Un jour, il reçoit une boîte en carton contenant sept cassettes audio. Lorsqu’il met la première dans le lecteur, c’est la voix d’Hannah qui retentit. Elle a enregistré ces cassettes avant de mourir, une face pour chaque personne qu’elle juge responsable, de près ou de loin, de son suicide. Elle a envoyé la boîte à la première personne de sa liste, lui demandant de la faire suivre aux autres. Clay ne sait pas pourquoi il a reçu ces cassettes, il est sûr de n’avoir rien fait qui puisse nuire à Hannah, il était même plutôt charmé par la jeune fille. On découvre donc les cassettes en même temps que lui, tout en suivant ses aller-retours dans la ville, car il se rend à différents endroits mentionnés par Hannah. J’ai trouvé l’idée de départ originale, lire le contenu des cassettes permet d’avoir des flashbacks bien intégrés au récit. De plus, l’auteur peut ainsi décrire directement les émotions que Clay ressent en les écoutant. Malheureusement, j’ai eu l’impression qu’Hannah se contentait d’accuser les autres de son suicide, qu’elle ne se remettait pas assez en question, qu’elle se permettait trop de faire la morale. Certaines choses parmi celles qui lui arrivent sont assez horribles, mais je ne pouvais m’empêcher de penser qu’elle ne réagissait pas comme il le fallait. J’admets cependant avoir apprécié que l’auteur mette en avant le fait que toutes les rumeurs ou plaisanteries mesquines qui peuvent avoir cours au lycée ont plus d’importance et de conséquences que ce que l’on veut bien avouer, elles peuvent blesser plus qu’on ne le croit. Je n’avais toutefois pas l’impression de lire les confidences d’une fille sur le point de se donner la mort, plutôt  celles d’une jeune fille mal dans sa peau cherchant à rendre la monnaie de leur pièce à ses « ennemis » du lycée. La portée du roman est donc moindre pour moi car il s’agit là du point central du roman.

En bref, je dirais que ce roman n’est pas mauvais, loin de là, mais qu’il n’a pas su me toucher autant que je l’aurais espéré. J’ai tout de même passé un bon moment de lecture.

Cette chronique figure également sur le blog foxyreader

Rick Riordan – Les héros de l’olympe, tome 5 : Le sang de l’olympe

Titre : Le sang de l’olympeheros-de-l-olympe,-tome-5---le-sang-de-l-olympe-573484

Auteur : Rick Riordan

Maison d’édition : Albin michel Wiz

Résumé

Alors que les membres grecs et romains de l’équipage de l’Argo II ont fait des progrès dans leurs différentes quêtes, ils ne semblent toujours pas prêts de vaincre la Terre Mère, Gaïa. Ses géants ont ressuscités – tous, et ils sont plus forts que jamais. Ils doivent être arrêtés avant la fête de Spes, le moment où Gaïa a planifié de sacrifier deux demi-dieux à Athènes. Elle a besoin de leur sang – le sang de l’Olympe – afin de se réveiller. Les demi-dieux ont de plus en plus de visions d’une terrible bataille au Camp des Sang-Mêlés. La légion romaine du Camp Jupiter, dirigée par Octave, est presque à distance de tir. Même s’il est tentant de prendre l’Athéna Parthenos à Athènes comme une arme secrète, les amis save que l’énorme statue doit revenir à Long Island, où elle pourrait peut-être mettre fin à une guerre entre les deux camps. L’Athéna Parthenos ira à l’ouest ; l’Argo II ira à l’est. Les Dieux, toujours souffrant de trouble de la personnalité multiple, sont inutiles. Comment une poignée de demi-dieux peuvent espérer persévérer contre l’armée de Gaïa constituées de puissants géants ? Même si c’est dangereux de se diriger vers Athènes,ils n’ont aucune autre option. Ils ont déjà trop sacrifié. Et si Gaïa s’éveille, c’est la fin du jeu.

Mon avis

Je tiens déjà à souligner la couverture qui est sans doute la « moins pire » de toute la série (avec le tome 3). Je pense que le stagiaire qui a fait les premières à gros coup de photo montage ignoble a fini sa période chez Albin Michel Wiz. Sans avoir une couverture exceptionnelle, on a tout de même quelque chose de très regardable.

Et voilà, c’est fini fini Percy Jackson ! Dans ce dernier tome, on a sans surprise le grand combat final contre le grand méchant de l’histoire. Le ton de l’histoire est du coup beaucoup plus sérieux que les tomes précédents. L’humour étant principalement porté par Léo.

J’avais commencé à me lasser lentement de Percy Jackson en général, je trouve qu’il manque le côté nouveauté et nouvelles anecdotes mythologique des premiers tomes. Ici, on nous parle beaucoup des mêmes dieux / héros / monstres que dans les tomes précédents et cela enlève tout le côté pédagogique.

Mais comme c’est Rick Riordan, j’adore quand même rien que pour l’écriture. Une fois de plus j’ai dévoré ce tome à la vitesse de l’éclair et je ne me souviens déjà plus trop de l’histoire, sauf que c’était trop bien ! Parce que c’est cela qui fait tout: les personnages et les dialogues. Les chapitres sur Nico sont très intéressants et très touchants. Et la fin, bien qu’attendue, fait quand même plaisir et au final, j’ai une fois de plus refermé ce livre avec un sourire au lèvres.

heros-de-l-olympe,-tome-5---le-sang-de-l-olympe-655735
L’équipe au complet

 

Pour faire court

Vous aimez les livres de Rick Riordan ? Foncez ! Vous ne connaissez pas ? … commencez par le tome 1 !

 

Heart of dread : frozen, tome 2 : la cité rouge de Melissa de la Cruz & Michael Johnston

frozen tome 2Titre : Heart of dread : frozen tome 2 : la cité rouge

Auteurs : Melissa de la Cruz & Michael Johnston

Maison d’édition : Albin michel

Prix : 14.90 €

Résumé : Nat, la drakonnière, appartient aux rives du Bleu et Wes, l’ancien mercenaire, est un enfant de New Vegas. Il se retrouvent au large des eaux noires et se mettent en route vers la Cité Rouge, cet endroit sinistre d’où les Marqués ne reviennent jamais. Nat cherche son amie Liannan et Wes sa sœur, Eliza. Voilà neuf ans qu’elle a été enlevée à sa famille, nul ne sait pourquoi. Mais dans cette étrange cité où le soleil rougeoit à son coucher, rien ne se passe comme prévu. Et si Eliza n’était pas celle que croyaient Nat et Wes ? Si en tentant de la sauver, ils fonçaient tête baissée dans un piège ?

Note : 17/20

ATTENTION ! NE PAS LIRE CETTE CHRONIQUE SI VOUS N’AVEZ PAS LU LE PREMIER TOME ! 

albin michel

-Ça ira. Imagine l’instrument. Les cordes, le manche, la volute à un bout, la mentonnière à l’autre.
-D’accord.
-Maintenant, prend une de ces pièces, la volute au bout du manche. Imagine le dessin de la spirale, le grain du bois, les fibres à l’intérieur de ce bois.
Elle s’efforça d’y parvenir, mais ne voyait pas à quoi rimait l’exercice.
-Va plus loin, à présent. A l’intérieur de ces fibres de bois, essaie de voir les cellules, et les molécules qui les composent. Travaille degré par degré, de plus en plus petit, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rein, rien que le vise, l’éther. A ce moment-là seulement, tu peux le façonner pour en faire ce que tu veux – tu peux faire d’un violon un violoncelle, ou un pont.

Mon avis : Mieux que le précédent, il se passe beaucoup plus de choses comparer au tome 1, dans ce dernier il y avait de l’action mais il ne se passait pas grand chose, alors que dans ce tome 2 il y a de l’action et il se passe énormément de choses intéressantes, on change tout le temps d’endroits et nous apprenons constamment de nouvelles choses ce qui m’a beaucoup plu, j’aime quand les choses bougent !

Les événements  s’enchaînent, Nat et Wes sont séparés mais sont toujours aussi amoureux l’un de l’autre, ils sont tous les deux à la recherche des mêmes personnes, sans le savoir bien sur, et comme vous pouvez l’imaginer leur chemin vont se croiser. Je n’avais qu’une envie, c’était qu’ils soient à nouveau réunis et pourtant lorsqu’ils le sont il y a comme un malaise et ils se disent des paroles vraiment blessantes qu’ils ne pensent absolument pas, ils tournent autour du pot ce qui m’a légèrement tapé sur le système.

Wes doit faire face à beaucoup de difficultés pour retrouver sa soeur, Eliza ainsi que quelques-uns de ses amis disparus, mais il reste fidèle à lui-même malgré ce qu’il est parfois obligé de faire. Nat, de son côté fait face à des difficultés différentes de celles de Wes mais tout aussi importante, comme le fait de contrôler ses pouvoirs pour être plus puissante. J’ai beaucoup aimé retrouver Shakes qui est différent dans ce tome, il est triste et n’a plus beaucoup d’humour mais seulement au début du tome.

Les auteurs mènent bien l’intrigue et ils ont réussi à me persuader de beaucoup de choses mais sachez que je ne m’attendais pas à cette tournure lorsque Wes retrouve sa sœur, j’ai été horrifiée en découvrant qui elle était  vraiment, MAIS COMMENT PEUT-ON FAIRE UNE CHOSE PAREILLE À SES SEMBLABLES ?! J’ai été étonnamment surprise  de découvrir que Wes est lui aussi marqué, on ne nous le dit pas précisément mais il est très facile de le deviner à partir d’un certain événement dans la Cité Rouge.

La fin m’a fait paniquer ! Comment vont-ils s’en sortir ? Je suis vraiment pressée de découvrir la suite qui est prévue aux USA pour le 6 Avril 2016, autant vous dire que pour la sortie en France ont a le temps !

Heart of dread : Frozen tome 1 de Melissa De la Cruz et Michael Johnston

frozen tome 1

Titre : Heart of dread : frozen tome 1

Auteurs : Melissa De La Cruz & Michael Johnston

Maison d’édition : Albin Michel

Prix : 15.90 €

Résumé : La couverture de Nat est grillée. Bientôt, tout le monde saura qu’elle fait partie des « marqués ». Le casino, où elle officie comme croupière, va découvrir qu’elle a volé des jetons… Sans aucun scrupule, elle fait accuser quelqu’un d’autre à sa place : un dénommé Wes qui a beau être joli garçon, n’en demeure pas moins arrogant. Nat, elle, a déjà détourné le regard : elle a assez d’argent pour quitter cet infâme New Vegas plongé dans l’ère glaciaire, et rejoindre le Bleu, là où l’air est pur et la mer azure. Là où des renégats comme elle peuvent vivre en paix. Il suffit juste de payer grassement un mercenaire. Mais le passeur, ô surprise, n’est autre que Wes… Après tout, se dit Wes, un voyage dangereux en compagnie d’une jolie fille ne se refuse pas.

Note : 16/20

albin michel

– Qu’est-ce qui t’est arrivé ? Wes m’a dit que ton histoire étaiit très dure.

– À faire pleurer dans les chaumières ! Il t’a raconté que j’avais un frère ?

– Non.

– Eh bien si. J’ai un grand frère. Patrick. Nos parents étaient des gens bien. De bons citoyens respectueux des lois, pas comme nous, ajouta-t-il en souriant. Ils avaient une licence pour leurs deux enfants. Ils ne voulaient pas d’un fils unique. C’était cher, mais ils avaient les moyens, et ils tenaient à ce que Pat ait un frère ou une sœur avec qui jouer. Un jour, on a frappé à la porte. Il s’avérait que maman avait mal rempli le formulaire : l’autorisation d’avoir un second enfant lui était refusée. J’étais illégal, et je n’avais plus aucun droit à la citoyenneté. Tu sais comment ça se passe : quand les autorités ont du mal à remplir les quotas, elles commencent à chercher des excuses pour faire leur collecte. Qui sait même si ma mère avait vraiment commis une erreur ? En tout cas, ça ne comptait plus : le service du Contrôle de la population était sur le coup. J’avais peut-être trois ou quatre mois, je ne sais pas au juste. Enfin bref, l’agent m’a attrapé et il est reparti vers la porte. Alors, maman m’a agrippé par la jambe et tout les deux se sont battus pour moi sur le balcon. Ils ont tiré, poussé, et à un moment, je ne sais pas comment, le type m’a lâché. Je suis tombé la tête la première sur le béton, bam !

Mon avis : J’avais acheté ce livre à la base sans lire le résumé car sa couverture m’attirait énormément. Je ne m’attendais absolument pas à ce que j’ai pu lire, car la couverture du livre était des plus normales.

Le prologue, si l’on peut l’appeler comme ceci, a beaucoup attisé ma curiosité. J’avais déjà les livres de Melissa de la Cruz que j’avais beaucoup apprécié mais ils n’avaient pas autant créé chez moi cette envie d’en savoir davantage sur ce qui va arrivait aux personnages. Dans la première partie, qui est assez courte je dirais, on apprend à connaître davantage les personnages et leur vécu, Nat est « marquée » , elle possède des pouvoirs qu’elle ne contrôle pas vraiment et est donc considérée comme une rebelle, ces individus sont donc traqué et exterminé ou même le plus souvent utilisé par l’armée à des fins destructives. Nat est quelqu’un qui est sûre d’elle, elle est gentille, elle a de l’humour , dès le début on sent que Nat est limite amoureuse de Wes, mais bon je dirais que c’est presque normal ! Wes est un passeur, il aide les individus à passer la clôture… Ce qui est illégal bien entendu ! Wes est quelqu’un que l’on apprécie assez facilement , il est généreux et super gentil, mais il est un peu malsain dans le début du livre mais bon après tout c’est pour survivre. Comme il est dit sur la couverture : « fuir ou mourir » ! Les frères Slaine sont vraiment les pires imbéciles que j’ai jamais croisé, ils font tout le temps des conneries et mettent toujours l’équipage en danger ! En plus ils sont méchants et dangereux. Shakes et Farouk sont vraiment très gentils et ils ont beaucoup d’humour , mais mon préféré a été Shakes. Les personnages sont tellement mûrs qu’on a tendance à oublier que la plupart n’ont que 16 ans !

À partir de la seconde partie, il y beaucoup plus d’action et l’on en apprend beaucoup plus sur ce qu’est devenue la Terre ainsi que les règles à respecter (ça se fait beaucoup dans la ville de départ : New Vegas) : Vous vous imaginez demander un permis pour vous marier ? ou même pour faire un enfant ? Je ne sais pas vous mais  moi cette deuxième partie m’a légèrement fait penser à l’épreuve de James Dashner, on dirait une épreuve dans laquelle il faut traverser le Grand Dépotoir ainsi que le Pacifique et braver tous leurs dangers. Tout se passe assez facilement mais heureusement (malheureusement pour les personnages), les choses se corsent un peu plus dans la troisième partie.

Je n’ai vraiment pas pu lâcher ce livre, il est tellement intéressant et agréable à lire que je ne voyais pas les pages défiler, j’ai souvent lancer : « J’en suis déjà à la moitié ?! » , c’est l’un de ces romans que l’on lit rapidement ! Grâce à ce roman, j’ai pris conscience que le Monde actuel pourrait facilement devenir comme celui de Frozen sachant comment l’ont pollue à travers le monde entier , vous allez vite comprendre → Dans Frozen, la couche d’Ozone a disparue, et le Grand Gel a recouvert la Terre, ce qui à donner des températures à – 30°C toute l’année, de la neige et du Gel toute l’année ! Mais ce n’est pas tout, le Pacifique à tellement était pollué qu’il est entièrement noir et les Trashberg remplacent les Iceberg, qu’est-ce qu’un Trasberg ? Eh bien , un trashberg c’est comme un Iceberg mais au lieu que ce soit de glace c’est un tas d’ordures, oui oui … un tas d’ordures ! Comme il est dit dans le bouquin « un Grand Dépotoir flottant » . J’ai vraiment beaucoup aimé la fin du livre, j’attendais depuis le début de savoir de quoi Nat était réellement capable et j’ai été tellement impressionnée et fascinée !

Frozen m’a vraiment fait passer un bon moment.

Ils étaient quinze sur le coffre du mort,

Yo ho ho et une bouteille de rhum

La boisson et le diable avaient réglé leur compte aux autres

Yo ho ho et une bouteille de rhum !

Chanson de pirates traditionnelle.

Miserere de Jean-Christophe Grangé

lecture

Titre : Miserere / la marque des anges

Auteur : Jean-Christophe Grangé

Edition : Albin Michel

Prix : 22.90 €

Résumé : Étrange assassinat d’un chef de chorale d’origine chilienne dans l’église arménienne de Paris. Disparitions de plusieurs enfants de choeur. Série de meurtres opérée selon un protocole macabre : perforation inexplicable des tympans, inscriptions tirées du Miserere d’Allegri, mystérieuses traces de pas autour des cadavres : pointure 36…
Pour mener l’enquête, deux flics border line comme les aime Grangé : Kasdan, le vieux briscard à la retraite, et Volo le toxico, beau comme une rock star. Origines arménienne et russe. Deux hommes intelligents, acharnés, hantés par leur passé.

Note : 12/20

Mon avis : J’ai eu beaucoup de mal à accrocher, pour moi les premiers instants de lecture sont crucial, c’est ce qui détermine si je vais apprécier le roman. Bien sur je ne m’y arrête pas spécialement puisque le roman peut prendre une tournure inattendue mais au début je n’étais pas convaincu, c’est pourquoi j’ai traînée dans ma lecture.

Je n’ai pas trop aimer que le roman soit écrit à la 3ème personne, c’est assez dérangeant puisqu’on ne sait pas vraiment si c’est pour désigner Kasdan ou un autre personnage. De plus, la narration est externe ce qui veut dire que le narrateur apprend tout en même temps que nous et je déteste ce genre de narration pour la simple et bonne raison que je trouve cela impersonnelle, on ne sait pas ce que pense vraiment le personnage. L’histoire traîne un peu des pieds les 2 premières parties mais l’aspect s’améliore un peu vers le milieu du livre, tout de même je n’ai pas réussi à faire abstraction des points négatifs citer ci-dessus et durant ces 2 premières parties je n’ai pas réussi à apprécier ma lecture car disons-le le style d’écriture est important même si ce n’est pas le seul qui détermine si l’on passe une bonne lecture ou non.

Malgré tout ceci, j’ai décider de continuer ma lecture et je n’ai pas été déçu de mon choix puisque dans cette troisième partie j’ai été « ravie ». J’ai beaucoup apprécier le contexte historique lié à l’enquête : 1ère et 2ème guerre mondiale ( 1914-1918 ; 1939-1945 ) et le régime militaire d’Augusto Pinochet au Chili ( 1973-1990 ) , personnellement je n’avais jamais entendu parler de cette dictature militaire, donc d’un côté ce roman m’a apporté de la culture. Je dirais également que la troisième partie du livre est la plus intéressante, c’est celle qui détient toute l’action que l’on attend depuis le début, l’univers glauque de Hartmann m’as à la fois impressionnée et répugné, mais ce n’est pas tout : j’ai beaucoup apprécier l’ultime combat, il faut dire que je ne m’attendais pas du tout à ça.

– Ma femme est morte en 2001, dit-il enfin. Cancer généralisé. Rien d’original.

– Vous avez morflé ?

– Bien sur. Mais depuis sa disparition, je me sens plus fort, plus lucide. A force de vivre dans la violence, j’avais fini par me croire invincible, tu vois ? Quand Nariné est partie, ce n’est pas l’intrusion violente de la mort dans la vie qui m’a surpris. C’est le contraire. J’ai compris à quel point la vie appartient à la mort, à quel point elle n’est qu’une brève parenthèse. Un sursis dans un océan de néant. La mort de Nariné, pour moi, ça a été ça. Un rappel à l’ordre. Nous somme tous des morts en devenir…

Dis-moi que tu m’aime, tome 1 : Dis-moi que tu m’aime de Francisco de Paula Fernandez

dis

Résumé : Paula, 17 ans, a rendez-vous avec Angel, le garçon qu’elle a rencontré sur Internet et dont elle est tombée amoureuse. Le jour J, elle attend, fébrile, mais il n’arrive toujours pas. Elle décide finalement d’entrer dans un Starbucks. C’est là qu’elle croise Alex, un jeune homme très séduisant qui lit le même roman qu’elle. Commence alors un chassé-croisé de rencontres amoureuses. Les trois meilleures amies de Paula, inséparables, assistent à cet imbroglio d’amour, de quiproquos et de rivalités en tous sens.
Note : 15/20
Mon avis : Je n’ai pas vraiment l’habitude de lire des romans d’amours mais je dois bien avouer que j’ai beaucoup aimer ce roman , les personnages sont attachants surtout Alex et Paula ! Cependant ce roman a aussi quelques défauts qui m’ont plus ou moins déranger au long de cette histoire qui est pourtant une très belle histoire , donc pour commencer parlons du fait que le nombres de pages est beaucoup trop excessif pour ce qu’il ce passe , il n’y a vraiment rien de bien extraordinaire qui justifie ce nombres de pages car il y a des choses qui sont futile et qui font durer certains passages qui peuvent avoir aucune importance! On a aussi le fait qu’à certains moments ont ne peut ce situer car aucune indications de ne sont faites sur les jours qui passent .. Apart le fait qu’ils vont dormir ont ne sait pas qu’on change de jours et dont on a l’impression que tout ce passe le même jour et je trouve que tout ceci est dommage . MAIS JE SUIS QUAND MÊME CONVAINCU QUE C’EST UN TRÈS BON TOME AVEC UNE BONNE ÉCRITURE . La morale de la fin m’as beaucoup fait rire et je serais enchantée de lire la suite que je n’ai malheureusement pas encore en ma possession 😦
« Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d’être. Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence, quelle qu’elle soit… »
Et vous qu’en avez-vous penser ?

Conversion de Katherine Howe

ConversionRésumé : Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d’être acceptée à Harvard et ne pense plus qu’à cela.Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. très vite, d’autres élèves présentent d’étranges symptômes : perte de cheveux, paralysies, quintes de toux… La presse s’empare de l’affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d’Arthur Miller. Et ses recherches l’amènent en 1692. au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d’Ann Putman, qui fit semblant d’être ensorcelée…  Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu’arrivent-ils aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt ?
Note : 14/20
Mon avis : Le début de conversion est fort en descriptions , d’habitude cela me dérange mais ici je trouve qu’il est nécessaire et intéressant de savoir tout ça. À chaque interlude , on à le point de vue de Ann Putnam Jr en 1706 , qui raconte comment l’histoire des Sorcières de Salem  ( jusqu’ici c’est logique ! ) a débutée et l’auteure reprend exactement les mêmes noms que l’on peut retrouver sur internet.
Au bout d’un moment , on se lasse un peu de notre lecture étant donné qu’à plus de la moitié on apprend rien de plus que ce que l’on sait déjà , j’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à avancer et à terminer ma lecture qui s’avérait pourtant être très prometteuse.
Le groupe d’amie Colleen , Anjali , Deena et Emma est toujours à l’affut de nouveaux ragots , j’avais l’impression de reconnaitre mes amies et moi-même ! Au final le présent n’est pas très intéressant puisqu’on tourne en rond tout au long de notre lecture ce qui est plutôt extrêmement frustrant ! Par contre j’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire de Ann Putnam Jr dans chaque interludes.  Avant la lecture de ce livre et même pendant , je me suis beaucoup interrogée sur l’oiseau jaune présent sur la couverture , je me demandais qu’elle rapport cela avait avec le livre , on en apprend un peu sur lui très tard dans le livre.
Je suis quand même quelque peu déçu , je pense que l’auteure aurait peut-être dû  développer son histoire par rapport aux Sorcières de Salem et en faire carrément le sujet principal de son livre. J’ajouterais que l’auteure ne s’est pas du tout embêtée pour l’écriture de son roman puisqu’elle s’est basée sur un fait divers survenu dans un lycée et l’as écrite telle quelle avec la même explication à cette « maladie » , bien que l’auteure à changer quelques petits points mais ils sont peu nombreux. J’ai beaucoup été déçu par cette fin , des questions restent en suspens , des questions auxquelles on aurait voulu avoir des réponses .
Cependant, je trouve que Conversion est un livre correct qui mérite d’être lu.
 Un autre vitrail me touchait. Celui qui représentait Jeanne d’Arc, debout sur le bûcher. Les flammes étaient de long fuseaux de verre rouges et orangés qui se détachaient sur un entrelacs de fumées en fer forgé noir, mais elle avait une expression très différente : la bouche fermée , les mains attachées devant elles et les yeux levés au ciel en signe de béatitude. Elle portait une longue tunique de lin blanc avec un nœud autour du cou, telle une chemise de nuit de petite fille. Une foule de gens priaient à ses pieds les mains jointes et la contemplaient avec un air affligé , désespérés par leur propre impuissance. Jeanne d’Arc semblait ne rien remarquer.  Elle avait un visage doux et apaisé.
Et vous qu’en avez vous penser ?