Central Park de Guillaume Musso

central park

fiche-technique

Titre : Central Park

Auteur : Guillaume Musso

Genre :  Thriller, Contemporaine

Maison d’édition-Collection : Edition Pocket

Date de parution : 26/03/2015

Nombre de pages : 443

Nombre de tomes : 1

Prix : 8.00 €

résumé

Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière… pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier. New York, huit heures du matin. Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin. Impossible ? Et pourtant… Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D’où provient le sang qui tache le chemisier d’Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ? Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n’ont pas d’autre choix que de faire équipe. La vérité qu’ils vont découvrir va bouleverser leur existence…

note

4

 

mon-avis

pocket Il y a des moments dans l’existence où une porte s’ouvre et où votre vie dérape dans la lumière. De rares instants où quelque chose se déverrouille en vous. Vous flottez en apesanteur, vous filez sur une autoroute sans radar. Les choix deviennent limpides, les réponses remplacent les questions, la peur cède la place à l’amour. Il faut avoir connu ces moments. Ils durent rarement.

Vous vous imaginez vous réveiller dans une forêt, menottée à un inconnu, avec un chemisier maculé de sang et un revolver qui n’est pas à vous dans votre veste, qui plus est un inconnu vous ne connaissez ni d’Eve ni d’Adam, sachant que la veille l’un était avec des amies au Champs-Elysée et l’autre à Dublin ? Non ? Eh bien, c’est ce qui arrive à Alice et Gabriel et en plus, ils se réveillent à Central Park dans New York, sans aucun souvenir de comment s’est terminée leur soirée ! Alors autant vous dire que j’ai voulu savoir comment ils en sont arrivés là, ce qu’ils ont pu faire et surtout, qui en a après eux ! En tout cas, celui qui a fait ça est vraiment tordu, d’après ce que je viens de vous dire on ne dirait pas vraiment, mais vous ne savez pas tout, on en apprend des vertes et des pas mûres !

C’est le premier livre de Guillaume Musso que j’ai pu lire et je ne suis pas déçue, reste à voir dans ses autres romans, mais dans celui-ci, on a de l’action et du suspens à la demande et l’auteur sait faire en sorte que le lecteur soit complètement addict. Que ce soit au niveau des personnages ou de l’écriture, rien n’est à critiquer. J’ai longtemps repoussé la lecture de « Central Park », ayant un peu d’appréhension quant à l’auteur dont je n’avais lu aucun livre jusqu’à présent et je le regrette, je n’aurais pas dû repousser « Central Park » encore et encore et m’y lancer il y a bien longtemps.

Le petit plus qui est fort agréable, je trouve, sont les citations d’auteurs ainsi que de philosophes et de personnes ayant marqué l’Histoire, je présume puisque je ne les connais pas tous, en dessous de chaque titre de chapitre.

Et franchement j’ai été bluffée, je ne m’attendais pas à ce que cela ce termine de cette manière. Bravo à Guillaume Musso !

Publicités

La voleuse de livres de Markus Zusak

la voleuse de livres

 

fiche-technique

Titre : La voleuse de livres

Auteur : Markus Zusak

Genre :  Drame, Historique

Maison d’édition : Pocket

Date de parution : 20/03/2008

Nombre de page : 633

Nombre de tome : 1

Prix : 8.20 €

résumé

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée. Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres…

note

2

 

mon-avis

pocket

Attention déception à prendre à la légère. 

Pour commencer, j’ai abandonné ce livre (ça me frustre…), chose que je n’ai jamais faite jusqu’ici car ce n’est absolument pas dans mes principes, mais là ça faisait déjà une semaine que je l’avais commencé, j’en étais à 15 % de ma lecture et je n’accrochais absolument pas, c’est un livre super particulier à lire. Soit on accroche dès la première ligne, soit on abandonne de suite ; personnellement j’ai essayé mais sans grand succès, c’est la première fois que je lis ce genre de roman et ce n’est absolument pas une déception au niveau du genre mais plutôt au niveau du type de narration. Pourquoi ? Eh bien, comme je le disais, c’est particulier, car c’est la Mort qui nous raconte une histoire, qui, vous l’aurez compris, parle de la voleuse de livres qu’elle a croisée à trois reprises. Déjà, première déception, je pensais que l’histoire serait racontée par cette petite fille, là c’est la Mort et c’est assez particulier, pourtant l’histoire est très bien, mais ce type de narration est difficile pour réussir à accrocher. De plus, ce n’est pas un livre à mettre dans les mains de n’importe qui, du moins entre les mains de mineurs, c’est un livre complexe dont il faut comprendre les propos et qui, je pense, n’est pas accessible à des adolescents, enfin je ne trouve pas d’autres tournures de phrase pour dire qu’en gros, il faut avoir un peu plus de recul qu’au moment de l’adolescence ! Enfin voilà, surtout ne vous arrêtez pas à ma chronique puisque, comme je le disais, avec ce roman c’est soit tout noir soit tout blanc, j’ai pu voir des avis très positifs comme d’autres très négatifs, cela dépend des individus donc tentez l’expérience et voyez par vous même 🙂 !

Kate Morton – La scène des souvenirs

Titre : Le scène des souvenirsla-scene-des-souvenirs-456451

Auteur : Kate Morton

Maison d’édition : Pocket

Résumé

2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend dans le Suffolk, au chevet de sa mère âgée. Dans la ferme de son enfance, la comédienne est assaillie par les souvenirs, et plus particulièrement par les images d’un après-midi d’été étouffant, cinquante ans auparavant. Partie se réfugier dans une cabane perchée dans les arbres afin de rêvasser tranquillement, Laurel, alors adolescente, avait vu sa mère poignarder un inconnu. Un événement que personne n’avait évoqué par la suite. Hantée par ce drame resté secret, Laurel décide de plonger dans le passé de sa famille. Elle trouve dans le grenier une photographie datant de la Seconde Guerre mondiale qui lui révèle l’existence d’une certaine Vivien…

Mon avis

Ce roman est pour moi l’exemple parfait d’un roman de gare. Mais d’un bon roman de gare.

L’histoire alterne entre notre époque et Londres de 1941 avec certains passages plus courts à d’autres dates. Ce n’est pourtant pas un roman historique. L’auteur a fait des recherches mais cela ne se voit pas beaucoup dans son récit car au final, la guerre et l’Histoire est très peu présente. On suit surtout la petite vie de Dolly avec ses amies, ses amours, ses emmerdes. De tout le récit nous n’entrendrons pas parler de Churchill ou de la guerre en général. Le seul personnage qui nous la présente est Jimmy, photographe de guerre.

Cela se lit bien, les personnages sont attachants et on a envie de savoir la suite. On a des surprises à la fin du roman et c’est plutôt bien écrit. Mais on est loin du livre renversant qui change notre vision du monde. Je ne lis pas beaucoup de contemporain alors je ne suis peut être pas la mieux placée pour en parler, mais comparé à du John Irving, rien à voir.

Pour faire court

Au final, je pense que cela s’oublie assez bien, mais reste une lecture à recommander si vous avez déjà le livre chez vous.