Falling into you, tome 1 : Te succomber de Jasinda Wilder

te succomber

 

fiche-technique

Titre : Falling into you, tome 1 : Te succomber

Auteur : Jasinda Wilder

Genre : Drame, Romance

Maison d’édition : Michel Lafon

Date de parution : 09/01/2014

Nombre de pages : 339 pages

Nombre de tomes : 3

Prix : 15.95 €

résumé

« Je n’ai pas toujours été amoureuse de Colton Calloway ; j’ai d’abord été amoureuse de son petit frère, Kyle. Kyle fut mon premier amour… »
À 18 ans, Nell est inconsolable. Kyle, à la fois son meilleur ami et l’amour de sa vie, l’a quittée. Elle sombre dans un chagrin fou dont personne ne semble pouvoir la tirer.
Deux ans plus tard, la jeune femme croise le chemin de l’insaisissable Colton, le frère aîné de Kyle. La douleur est toujours vive, mais une irrésistible pulsion l’attire vers lui. Passion ? Fureur de vivre ? Un lien unique les unit et les consume au plus profond d’eux-mêmes.
Colton pourra-t-il redonner à Nell le goût d’aimer ?

note

2

mon-avis

Je ne sais toujours pas pour quelle raison exactement j’ai choisi de lire ce livre. Peut-être le nombre certain de critiques élogieuses que l’on peut trouver sur la toile. Quoi qu’il en soit, c’est un roman que j’aurais pu tout à fait zapper, il ne m’a pas vraiment plu, voire pas du tout.

Le personnage principal, Nell, est une jeune fille apparemment magnifique qui se rend compte un jour que son meilleur ami Kyle devrait être bien plus que ça pour elle. Heureusement, il est d’accord, ils décident donc de sortir ensemble. Jusqu’ici tout va bien ; le récit est plutôt mignon, quoique un peu fade. Arrive l’accident qui va les séparer : la scène est un peu tirée par les cheveux, mais soit, au final, il s’agit de l’introduction de l’histoire (ceci est tout de même mentionné sur la quatrième de couverture). Pour être tout à fait honnête, j’ai lu toute cette première partie (un tiers du roman) en une soirée. Bizarrement, il m’a fallu presque une semaine pour lire le reste ; l’envie de continuer m’avait un peu quittée. Quand j’ai trouvé la motivation de rouvrir le livre, ça a été pour découvrir que Nell se met à baver sur Colton, le frère de feu son petit ami, le jour de l’enterrement de ce dernier. Elle n’arrive pas à faire son deuil, ni à ressentir d’émotions, mais ça, elle peut le faire. Elle prend tout de même peur, il y a donc un saut de deux ans dans le temps avant qu’elle ne recroise Colton. On assiste ensuite à un coup de foudre plus que rapide, teinté d’une certaine culpabilité envers Kyle. La fin comporte presque essentiellement des scènes de sexe. Ces dernières ne me dérangent pas en elles-mêmes, mais il faut que le reste soit travaillé, que la trame de fond soit plus développée que ces scènes. Ce n’est pas le cas ici : on en apprend certes plus sur le passé des personnages, sur ce qu’ils ressentent, mais j’ai eu l’impression que le tout était vite balancé à la tête du lecteur, presque tout d’un coup, sans réelle évolution. Il y a une partie écrite avec le point de vue de Nell et une autre avec celui de Colton, la seconde m’a plus plu que la première.

Je dois avouer qu’en plus de problèmes liés à l’intrigue, j’ai aussi eu du mal avec les personnages. Kyle ne m’a pas touchée du tout, je l’ai trouvé fade et je l’ai assez vite oublié quand son frère a pris le devant de la scène. C’est vrai que Colton est le personnage qui m’a semblé le plus intéressant, mais j’ai souvent levé les yeux au ciel devant certaines de ses répliques cucul au possible (ou assez crues lors des scènes plus olé olé). Nell, quant à elle, m’a beaucoup agacée, elle ne sait pas ce qu’elle veut, change d’avis comme de chemise et se répète sans cesse les mêmes choses. Le style du roman ne m’a pas aidée à apprécier ma lecture : je ne sais pas si c’est à cause de la traduction (et à cause de ma formation qui me pousse toujours à chercher les fautes), mais il y a de nombreuses tournures de phrases qui m’ont dérangée (sans mentionner le « oh mon dieu » à répétition de l’héroïne). Un point positif que je peux cependant relever est l’omniprésence de la musique dans le récit ; la liste des chansons citées, que l’on peut voir comme une proposition de playlist pour accompagner sa lecture, est une bonne idée.

Je pense que vous l’aurez compris, ce livre ne m’a pas convaincue du tout, j’ai eu du mal à terminer ma lecture. Je ne le recommande donc pas, comme vous pouvez l’imaginer.

Cette chronique figure également sur le blog foxyreader

Publicités