Annex, tome 1 : Version Bêta de Rachel Cohn

beta

Titre : Annex, tome 1 : Version Bêta

Auteur : Rachel Cohn

Traductrice : Alice Delarbre

Genre : Science-Fiction, Jeunesse

Maison d’édition : Robert Laffont

Date de parution : 29/11/2012

Nombre de page : 424

Nombre de tome : 3

Prix : 18.50 €

Logo Livraddict

résumé

Elle est l’absolue perfection.
Son seul défaut sera la passion.

Née à seize ans, Elysia a été créée en laboratoire. Elle est une version BETA, un sublime modèle expérimental de clone adolescent, une parfaite coquille vide sans âme.
La mission d Elysia : servir les habitants de Demesne, une île paradisiaque réservée aux plus grandes fortunes de la planète. Les paysages enchanteurs y ont été entièrement façonnés pour atteindre la perfection tropicale. L’air même y agit tel un euphorisant, contre lequel seuls les serviteurs de l’île sont immunisés.
Mais lorsqu elle est achetée par un couple, Elysia découvre bientôt que ce petit monde sans contraintes a corrompu les milliardaires. Et quand elle devient objet de désir, elle soupçonne que les versions BETA ne sont pas si parfaites : conçue pour être insensible, Elysia commence en effet à éprouver des émotions violentes. Colère, solitude, terreur… amour.
Si quelqu’un s’aperçoit de son défaut, elle risque pire que la mort : l’oubli de sa passion naissante pour un jeune officier…

note

3

mon-avis

robert laffont

Zhara a de la chance d’être morte.

Je comprends, maintenant, la volonté farouche d’Astrid de quitter cet enfer en plein paradis. Insurrection !

Ce mot prend peu à peu tout son sens. Mieux vaut ne pas avoir d’âme que la regarder, impuissante, s’éteindre à petit feu.

Cela faisait pas mal de temps que je possédais ce roman dans ma bibliothèque, je me suis donc lancer dans sa lecture sans avoir lu le résumé pour un grand mystère. Je me suis rendu compte que Version bêta est du vu et revu, certains aspects du roman me font d’ailleurs penser à Delirium ou à Uglies.

On retrouve Elysia, le personnage principal qui est adolescente qui a été créé en laboratoire à partir de son Originale et qui est donc un clone ! Elle fait partie d’une expérience visant à créer pour la première fois des clones adolescents. Mais quel que soit leur âge les clones ne sont pas faits pour ressentir et par-dessus tout ils ne sont pas censés avoir des souvenirs de leur Originals. Elysia, va donc être acheté par un riche couple de Demesne et devenir leur dame de compagnie, afin de les divertir etc.

C’est un livre dans lequel l’action met énormément de temps à arriver voir est quasiment inexistante et dans lequel nous avons plus de questions que de réponse durant une grande partie du roman. Cependant, ce fut une bonne lecture pour moi sans prise de tête, il faut simplement être patiente. D’ailleurs je voulais tellement en apprendre davantage que je ne pouvais lâcher ce roman.

J’ai bien aimé le fait de me retrouver dans la peau d’un clone qui doit tout faire pour qu’on ne remarque pas qu’elle peut avoir des sentiments tels que la colère, la haine, la joie ou même l’amour. Les clones ne sont pas censés avoir toutes ces émotions et donc Elysia va tout faire pour être comme la société l’exige d’elle car elle risque d’être éliminée.

La fin m’a quand même quelque peu déçu. C’est-à-dire que pour moi, elle aurait dû être le milieu du roman. Au lieu de quoi il faut attendre le second tome pour une quelconque rébellion. Durant les trois quarts du roman, l’auteur a développé certains aspects du livre, qui pour moi n’ont laissé que plus de questions que de réponses, et qui auraient très bien pu tenir dans quelques chapitres seulement. Je ne sais pas si je lirai la suite, j’y réfléchit.

En conclusion, une bonne lecture avec laquelle j’ai passer un bon moment mais dans laquelle ne subsiste que des questions sans réponses.

Publicités