Chroniques Lunaires, tome 3.5 : Levana ∼ Marissa Meyer

les-chroniques-lunaires,-tome-3.5---levana-613121

Titre VF : Chroniques Lunaires, tome 3.5 : Levana

Titre VO : The Lunar Chronicles, book 3.5 : Fairest

Auteur : Marissa Meyer

Traducteur : Guillaume Fournier

Genre : Science-fiction, Romance

Maison d’édition : Pocket Jeunesse

Date de parution : 16/04/2015

Nombre de page : 250

Nombre de tome : 4 + 6 Hors Série

Prix : 16.90 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

« Miroir, mon beau miroir,
dis-moi, qui est la plus belle ? »

Pour les lecteurs des Chroniques Lunaires, Levana est une reine cruelle qui se sert de son magnétisme pour imposer amour et crainte à ses sujets. Mais bien avant que Cinder, Scarlet et Cress ne se rencontrent, Levana a vécu une toute autre histoire, une histoire d’amour et de guerre, de trahison et de mort. Une histoire qui n’a jamais été contée… jusqu’à présent.

note

Bonne lecture

mon-avis

pocket jeunesse

Mais Channary était complètement folle. Une adorable folle, d’ailleurs – les pires. Sa sœur avait un délicieux teint hâlé, des cheveux châtains et des yeux en amande, juste assez inclinés pour donner l’impression qu’elle souriait même quand ce n’était pas le cas. Levana était convaincue que la beauté de sa sœur était le produit du magnétisme ; que personne d’aussi abominable à l’intérieur ne pouvait avoir une enveloppe aussi belle. Mais Channary ne l’avouerait jamais. Levana n’avait jamais décelé la moindre faille dans l’illusion. Son imbécile de sœur ne se souciait même pas des miroirs.

J’ai été ravie d’en apprendre plus sur Levana qui est très différente de celle que l’on a pu connaître cependant on suit son évolution et ce qu’il l’a rendu aussi cruelle et prête à se sacrifier pour arriver à ses fins. La vie de Levana n’a pas toujours eu la vie facile, notamment à cause de sa sœur aînée Channary qui est encore pire que Levana soit dit en passant.

On retrouve différents personnages de la saga qui joue un rôle clé dans l’ évolution de la princesse Levana. La princesse Sélène, Winter, Jacin, certains thaumaturges et gardes qui jouent un rôle clé dans la saga.

En conclusion, un tome assez intéressant avec lequel on sent que la fin approche.

Blue Heron, tome 1 : À un détail près ∼ Kristan Higgins

à un détail près

Titre VF : Blue Heron, tome 1 : À un détail près

Titre VO : Blue Heron, book 1 : The best man

Auteur : Kristan Higgins

Traducteur : Karine Xaragai

Genre : Romance, Contemporaine

Maison d’édition : Mosaïc

Date de parution : 24/06/2015

Nombre de page : 464

Nombre de tome : 3

Prix : 19.90 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

Quand elle débarque pour deux mois à Manningsport, la petite ville des Finger Lakes où vit toute sa famille, Faith Holland a dans la poche une liste ambitieuse de projets : rénover la vieille grange du domaine familial de Blue Heron, faire en sorte que la ville oublie, enfin, que son ex-fiancé l’a larguée devant l’autel le jour de leur mariage en faisant son coming out (un moment particulièrement bien choisi, non ?), trouver une nouvelle compagne à son père, lequel pourrait bien vouloir se remarier avec une femme cupide et d’un absolu mauvais goût (pour elle, le comble du chic est de porter une robe à imprimé léopard), régler ses comptes avec Levi Cooper, le copain ô combien attentionné qui a tout fait pour que son ex-fiancé clame son homosexualité devant la moitié de la ville…
Car pour Faith, une chose est sûre : rien, ni le sex-appeal affolant de Levi ni ses magnifiques yeux verts, ne viendra altérer la colère que suscite en elle celui qui, trois ans plus tôt, a fichu sa vie en l’air.

note

Bonne lecture

mon-avis

mosaic

Pourquoi est-ce qu’elle s’amourachait toujours d’hommes inaccessibles ? Ça devenait lassant,  à la longue…

Comme vous l’avez peut-être remarqué je ne lis pas souvent de romance et j’ai souvent peur de me lasser lorsque j’en lis. Heureusement ici, j’ai apprécié ma lecture.

Après la lecture du premier tome de « La passe-miroir » qui possède un univers assez chargé, j’avais besoin de légèreté et d’un roman sans prise de tête donc en regardant ma PAL prioritaire j’ai décidé de me plonger dans une romance. Je suis assez difficile en ce qui concerne ce genre de roman. Disons que je ne supporte pas qu’il n’y ait que des passages gnan-gnan, bourrés de stéréotypes. Il me faut également quelque chose d’autres sur quoi me focaliser que la romance, c’est pourquoi je préfère souvent son cousin le New Adult. Dans « À un détail près » , Kristan Higgins ne nous bassine pas trop avec ça, au contraire nos personnages principals ont d’autres occupations ( fort heureusement ^^ ) qui vont venir couper ses passages romantiques. De ce fait, j’ai adoré suivre l’histoire de nos deux personnages que sont Faith & Levi.

Nous allons donc suivre Faith & Levi, en alternant les points de vue ( encore une fois, j’adore retrouver différents points de vue ). Faith qui était folle amoureuse de Jeremy , ne voyait que par lui, se fait plaquer par ce dernier qui ose faire son coming-out durant la cérémonie de son mariage ( mais quel beau moment bien choisi pour annoncer à sa petite amie devant la ville entière qu’il est gay ). Forcement, elle ne s’en remet pas vraiment puisqu’elle y pense régulièrement même si elle finit par lui pardonner. J’ai d’ailleurs trouvé le fait qu’ils se revoient régulièrement même lorsqu’elle sera en couple, Jeremy faisant lui-même parfois des allusions à leur « amour ». Bref, Faith étant un personnage qui ne va pas se laisser abattre par le chagrin et qui va s’épanouir par le biais de son travail, pour lequel elle est revenu dans sa ville natale, Manningsport. Levi quant à lui étant le chef de la police de Manningsport, sa femme l’a plaqué trois mois après leur mariage. Lui ne s’en remet pas. Il semble détesté Faith, il est froid et distant avec elle. Et puis on apprend des choses les concernant. J’ai beaucoup aimé le « couple » qu’ils formaient, même s’il est quasi-inexistant, puisque en fait ils ne se fréquentent pas vraiment jusqu’aux trois quarts du roman.

Malgré quelques longueurs bien présentes, ce qui a mon plus grand étonnement ne m’a pas gêné, j’ai bien aimé ma lecture. C’était drôle et léger, je lirais surement la suite plus tard 🙂

Joyland de Stephen King

Titre : Joyland

Auteur : Stephen King

Traducteur : Nadine Gassie

Genre : Horreur

Maison d’édition : Albin Michel

Date de parution : 30/04/2014

Nombre de page : 323

Nombre de tome :

Prix : 21.90 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais…

note

mon-avis

C’est quasiment un miracle que t’ailles à l’université, comme Erin et moi, et c’est pas en travaillant à Joyland qu’on risque de se payer une limousine un jour. Qu’est-ce que t’a dans le citron ? Ta mère t’a laisser tomber sur la tête quand t’étais petit ou quoi ?

En premier lieu, je remercie Nina de m’avoir fait découvrir ce roman !

Dans Joyland, l’histoire est racontée par un monsieur âgé d’une soixantaine d’années. Il parle donc de l’été qu’il a passé à travailler à Joyland. Ainsi que de l’enquête qu’il va mener sur un meurtre survenu 4 ans plus tôt. J’ai plutôt bien apprécié « Joyland » même si j’avoue que je m’attendais à beaucoup mieux. L’histoire se déroule au fur-et-à-mesure en nous jetant quelques infos par-ci par-là de manière à nous tenir en suspens. Les personnages sont très attachants et j’ai aimer les suivre durant tout le long du roman. Mais il y a un petit hic, le roman est qualifié du genre « Horreur », ce n’est du tout justifier, malheureusement le récit ne fait pas peur.  Bien entendu, il paraît que Stephen à fait de meilleurs romans et je compte bien sûr les découvrir.

Le voleur de cœur de Rawia Arroum

Titre : le voleur de cœur

Auteur : Rawia Arroum

Traducteur : 

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Michel Lafon

Date de parution : 14/04/2016

Nombre de page : 394

Nombre de tome : 1

Prix : 15.95 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

Symphonie est un monde musical. Brutal. Chacun y possède un instrument, donné à la naissance. Arme enchantée mais également véritable partie de soi-même, on la nomme mélo-âme. Avec ces objets, tous les clans rivaux se livrent une guerre sans merci… les instruments de musique hurlent, et des vies s’évaporent. Au milieu de cette cacophonie, Dylan profite d’une vie rêvée de fils cadet de chef de clan, sans responsabilité ni impératif quelconque… Et heureusement, car il cache un secret inavouable : il n’a pas de mélo-âme, aucun pouvoir, et s’il a un instrument, ce dernier n’a rien de magique. Aussi lorsqu’il se retrouve propulsé héritier de son clan et qu’il doit faire ses preuves sur le champ de bataille, il est totalement désemparé.

note

mon-avis

Moi, j’ai toujours dit que les glaçons et les braises faisaient de beaux bébés.

Au départ je ne voulais pas lire la quatrième de couverture, puis la curiosité a pris le dessus. Je me dois donc de vous informer que le résumé de la quatrième de couverture spoile, étant donné que c’est un élément que nous n’apprenons qu’à la fin.

Je me suis souvent perdu au début de ma lecture à cause du fait qu’il y avait trop de personnages et donc beaucoup d’info à retenir du genre qui a quel instrument et ce qu’il peut faire avec. Fort heureusement au fur-et-à-mesure de la lecture on s’y habitue et il est plus facile de se repérer. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ethan ainsi que celui de Kana, la fiancée et le meilleur ami de Dylan, je me suis d’ailleurs beaucoup attaché à eux durant ma lecture. Cependant, dans la première partie le personnage de Dylan m’a énormément dérangé du fait qu’il s’urinait toujours dessus, tel un enfant faisant pipi au lit. Il ne savait gérer aucune situation sans fuir ou uriner. Toutefois, dans la seconde partie Dylan m’a un peu plus intéressé, il a commencé à s’endurcir du fait des atrocités qu’il va voir et vivre.

L’histoire est plaisante et se lit assez rapidement, elle est surtout intéressante mais je dois dire qu’une fois que le clan de Dylan ainsi que quelques renforts de Classique sont arrivés dans le Nord à Cordes l’histoire part un peu dans tous les sens et j’avoue que je ne savais plus trop où j’en était mais surtout pourquoi l’auteur avait décidé de mener l’histoire dans ce sens.

Avant de me lancer dans la lecture du « voleur de cœur » j’avais lu beaucoup d’avis négatifs. J’avais vraiment peur de ne pas apprécier mais finalement ce fut une assez bonne lecture pour moi.

The Outliers, tome 1 : les Anomalies de Kimberly McCreight

outliers

Titre : The Outliers, tome 1 : les Anomalies

Auteur : Kimberly McCreight

Traductrice : Fabienne Vidallet

Genre : Thriller, Jeunesse

Maison d’édition : Robert Laffont

Date de parution : 20/10/2016

Nombre de page : 382

Nombre de tome : 1 ( pour le moment )

Prix : 17.90 €

Logo Livraddict

résumé

Tout commence par un texto : Wylie, stp, j’ai besoin de ton aide.
Cassie a disparu et ses SMS laissent craindre le pire : qu’est-elle partie faire dans les forêts denses du Maine ? A-t-elle été kidnappée ? Est-elle en danger de mort ?
Aidée de Jasper, petit ami de Cassie, Wylie surmonte son agoraphobie pour aller à sa recherche. Mais son mauvais pressentiment se fait de plus en plus insistant : et si de bien plus noirs secrets se cachaient derrière la disparition de Cassie ? Des secrets à même de bouleverser l’équilibre du monde ?

note

3

mon-avis

robert laffont— […] J’ai besoin de prendre l’air. Et d’être un peu seule.
Une heure plus tard, elle était seule poour l’éternité.

J’avoue que quand j’ai commencé ma lecture je n’étais pas particulièrement emballé. Pourtant le résumé m’avait laissé l’eau à la bouche. Mais voilà quand j’ai voulu me lancé, ce roman avait perdu tout intérêt à mes yeux. Notamment à cause de Wylie notre personnage principal, pendant les premiers chapitres elle passe son temps à nous rabâcher toujours la même chose.

Je n’attendais qu’une chose c’est que l’on rentre dans le vif du sujet.
Une fois l’intrigue mise en place, l’action est au rendez-vous, je ne pouvais plus m’arrêter. J’avais hâte de découvrir de quoi il en retournait et surtout qu’appelle-t-il les anomalies ? Puisque le récit est dans la normalité, il n’y a aucun point fantastique quel qu’il soit. Enfin, je voulais le découvrir par vous-même !

Je ne vais pas m’attarder trop longtemps sur les personnages car je n’ai pas grand-chose à dire sur eux. Voilà, le problème est que je n’ai pas réussi à m’attacher à ces personnages, premièrement car nous n’avons pas vraiment de détails sur leur vies passée avant cet événement, un peu sur Wylie et parfois de Cassie mais sans plus, et alors carrément pas sur Jasper, c’est super important de pouvoir s’identifier à certains personnages et je trouve que le récit n’intègre pas ses personnages comme il se doit. Deuxièmement, je ne me suis pas sentie vraiment à ma place justement à cause du fait que je n’ai pas réussi à m’identifier à l’un des personnages. {Spoiler} Troisièmement, l’un des personnages dont on ne fait la connaissance qu’au bout d’un certain moment, meurt. Alors voilà moi j’aurais voulu en apprendre plus à son sujet, je commencer d’ailleurs à presque m’attacher à elle. Au lieu de quoi, dans le premier tome l’un des personnages-clés disparaît du récit. À voir dans le second tome, si par miracle elle a survécu. {Fin du spoiler}.

En revanche, je tire mon chapeau avec révérence à l’auteur qui a su me duper, tout comme elle a dupé ses personnages. Je ne m’attendais absolument pas à ce retournement de situation. J’ai été balader du début jusqu’au dernier point. Par contre, je trouve que ce tome était inachevé, il manque ce petit quelque chose qui fait que l’on devient accro. Je sais bien qu’une suite est prévue mais pour un premier tome, il n’y a pas assez de réponse développée. Toutefois, je lirai quand même la suite de cette saga puisque j’ai passe un bon moment.

Annex, tome 1 : Version Bêta de Rachel Cohn

beta

Titre : Annex, tome 1 : Version Bêta

Auteur : Rachel Cohn

Traductrice : Alice Delarbre

Genre : Science-Fiction, Jeunesse

Maison d’édition : Robert Laffont

Date de parution : 29/11/2012

Nombre de page : 424

Nombre de tome : 3

Prix : 18.50 €

Logo Livraddict

résumé

Elle est l’absolue perfection.
Son seul défaut sera la passion.

Née à seize ans, Elysia a été créée en laboratoire. Elle est une version BETA, un sublime modèle expérimental de clone adolescent, une parfaite coquille vide sans âme.
La mission d Elysia : servir les habitants de Demesne, une île paradisiaque réservée aux plus grandes fortunes de la planète. Les paysages enchanteurs y ont été entièrement façonnés pour atteindre la perfection tropicale. L’air même y agit tel un euphorisant, contre lequel seuls les serviteurs de l’île sont immunisés.
Mais lorsqu elle est achetée par un couple, Elysia découvre bientôt que ce petit monde sans contraintes a corrompu les milliardaires. Et quand elle devient objet de désir, elle soupçonne que les versions BETA ne sont pas si parfaites : conçue pour être insensible, Elysia commence en effet à éprouver des émotions violentes. Colère, solitude, terreur… amour.
Si quelqu’un s’aperçoit de son défaut, elle risque pire que la mort : l’oubli de sa passion naissante pour un jeune officier…

note

3

mon-avis

robert laffont

Zhara a de la chance d’être morte.

Je comprends, maintenant, la volonté farouche d’Astrid de quitter cet enfer en plein paradis. Insurrection !

Ce mot prend peu à peu tout son sens. Mieux vaut ne pas avoir d’âme que la regarder, impuissante, s’éteindre à petit feu.

Cela faisait pas mal de temps que je possédais ce roman dans ma bibliothèque, je me suis donc lancer dans sa lecture sans avoir lu le résumé pour un grand mystère. Je me suis rendu compte que Version bêta est du vu et revu, certains aspects du roman me font d’ailleurs penser à Delirium ou à Uglies.

On retrouve Elysia, le personnage principal qui est adolescente qui a été créé en laboratoire à partir de son Originale et qui est donc un clone ! Elle fait partie d’une expérience visant à créer pour la première fois des clones adolescents. Mais quel que soit leur âge les clones ne sont pas faits pour ressentir et par-dessus tout ils ne sont pas censés avoir des souvenirs de leur Originals. Elysia, va donc être acheté par un riche couple de Demesne et devenir leur dame de compagnie, afin de les divertir etc.

C’est un livre dans lequel l’action met énormément de temps à arriver voir est quasiment inexistante et dans lequel nous avons plus de questions que de réponse durant une grande partie du roman. Cependant, ce fut une bonne lecture pour moi sans prise de tête, il faut simplement être patiente. D’ailleurs je voulais tellement en apprendre davantage que je ne pouvais lâcher ce roman.

J’ai bien aimé le fait de me retrouver dans la peau d’un clone qui doit tout faire pour qu’on ne remarque pas qu’elle peut avoir des sentiments tels que la colère, la haine, la joie ou même l’amour. Les clones ne sont pas censés avoir toutes ces émotions et donc Elysia va tout faire pour être comme la société l’exige d’elle car elle risque d’être éliminée.

La fin m’a quand même quelque peu déçu. C’est-à-dire que pour moi, elle aurait dû être le milieu du roman. Au lieu de quoi il faut attendre le second tome pour une quelconque rébellion. Durant les trois quarts du roman, l’auteur a développé certains aspects du livre, qui pour moi n’ont laissé que plus de questions que de réponses, et qui auraient très bien pu tenir dans quelques chapitres seulement. Je ne sais pas si je lirai la suite, j’y réfléchit.

En conclusion, une bonne lecture avec laquelle j’ai passer un bon moment mais dans laquelle ne subsiste que des questions sans réponses.

Invisibilité de Andrea Cremer & David Levithan

invisibilité

fiche-technique

Titre : Invisibilité

Auteur : Andrea Cremer & David Levithan

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Michel Lafon

Date de parution : 11/06/2015

Nombre de page : 432

Nombre de tome : /

Prix : 15.95 €

résumé

Stephen est invisible depuis toujours.
Une malédiction impossible.
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit.
Elle seule peut briser le sort.
Au risque de les séparer à jamais.

note

3

mon-avis

 

michel lafon

À peine a-t-il disparu que je regrette de lui avoir dit que j’avais besoin d’être seule. Je ressens un creux à l’estomac, comme quand un cauchemar me réveille et que je me souviens que je suis trop grande pour appeler ma mère.

Les premiers chapitres du roman sont agréables à lire, les auteurs nous laissent nous imprégner du décor et nous raconte sans trop en dire les détails de la vie de Stephen face à son invisibilité, ou plutôt ce qu’il endure chaque jour.

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, en commençant je pensais donc que ce serait une histoire assez réaliste puisque la « magie » arrive tardivement dans l’histoire, quasiment à la moitié du livre. Cependant lorsque le côté fantastique est là tout se passe trop rapidement, dans le sens où Elizabeth apprend trop rapidement à mon goût. Mais comme l’histoire ne commence réellement qu’à partir de ce moment-là, les auteurs doivent compacter leur récit de manière à tout faire rentrer dans une moitié de livre, là où ils auraient pu développer et c’est vraiment dommage. Pour ce qui est de l’affrontement final je me suis posé tout un tas de questions puisque voyant les pages et les chapitres défiler, je me suis dit : « euh … comment ça va se passer là ? » j’en était déjà aux trois quarts du livre et toujours aucune action de faite ! Ça m’a vraiment déçu car je m’attendais à quelque chose de plus combatif, et puis surtout à en apprendre davantage lors des « entraînements » avec Millie, entraînements qui de mon point de vue n’en ai absolument pas, j’ai même l’impression que les auteurs ont juste survolé l’idée manière de. De plus, le combat final m’a énormément déçu, car Maxwell Arbus est tout au long du roman présenté comme le lanceur de malédiction le plus redoutable, auquel il ne faut absolument pas se frotter et trois adolescents dont deux ne peuvent absolument rien faire le vainc sans aucun effort. Non trop facile à mon goût et pas en accord avec ce qui nous ai dit tout au long de notre lecture. Malgré tout c’est un roman qui se lit relativement vite et avec lequel on passe un bon moment.

Au niveau des personnages, on s’y attache assez facilement en connaissant leur histoire , même si j’ai eu un peu de mal avec Elizabeth parfois. Il faut dire que ce soudain changement de comportement y est pour quelque chose. Pourtant c’est une fille assez gentille si ce n’est qu’elle a souvent des sautes d’humeur, mais elle a un bon fond et son revirement de comportement soudain m’a un peu énervé étant donné qu’elle pense qu’il advient à elle seule de sauver Stephen et BLA BLA BLA, d’ailleurs la manière dont elle l’écarte totalement du problème m’a fait voir rouge, on dirait presque que c’est elle qui est invisible et que Stephen n’est rien. J’en viens donc au fait que par rapport à ce problème Stephen n’est pas assez présent dans les événements concernant sa malédiction. Ce que je veux dire c’est qu’à chaque fois qu’on va en savoir plus sur sa malédiction, il est écarté, on l’envoie ailleurs et on découvre avec Elizabeth ! Mon personnage préféré est Laurie, le frère d’Elizabeth. Toujours là pour plaisanter mais surtout toujours prêt à aider son prochain malgré ce qu’il a pu endurer.

En conclusion je ne suis pas déçu de ma lecture mais presque, c’est dommage puisque tout été réellement bien commencé. J’ai quand même passé de bons moments avec les personnages et c’est ce qui je pense, a sauvé la mise. Je conseillerai cependant plus ce livre à des jeunes entre 12 et 16 ans puisque c’est plus jeunesse que Young Adult, l’univers n’est pas très complexe, la plume est fluide et surtout il n’y a pas de scène choquante pour cette tranche d’âge.

Dis-moi que tu m’aimes, tome 2 : Prends-moi dans tes bras de Francisco de Paula Fernandez

 

prends-moi dans tes bras

fiche-technique

Titre : Dis-moi que tu m’aimes, tome 2 : Prends-moi dans tes bras

Auteur : Franscisco de Paula Fernandez

Genre : Romance

Maison d’édition- collection : Albin Michel -Wiz

Date de parution : 02/05/2013

Nombre de pages : 557

Nombre de tomes : 3 ( dont 2 sortis en France )

Prix : 17.90 €

résumé

Paula et l’amour, c’est fini, terminé à jamais. Après sa rupture avec Angel, la jeune fille n’aspire plus qu’à une vie tranquille et à des sorties entre copines. C’est compter sans Antoine, rencontré au cours d’un week-end à Paris. S’il ne hantait que ses pensées, Paula serait en paix… mais non, le voilà à Barcelone ! Sur les traces de celle qu’il n’a lui non plus pas oubliée.

note

3

mon-avis

albin michel

Comme vous le savez sûrement, je n’aime pas vraiment les romances sauf s’il y a une autre histoire qui prend plus de place. « Prends-moi dans tes bras » ne fait pas exception à la règle puisque c’est cliché et gnangnan. Ce que je veux dire par là, c’est surfait, on sait d’avance ce qui va se passer, et puis on dirait un peu ces dessins animés espagnols qui passe sur Disney Channel comme Floricienta et Violetta, vous voyez le genre de romance ?

Cependant il n’y a pas que du mauvais. Je dirai d’ailleurs que ce second tome était mieux que le précédent. Puisque ici on a plusieurs histoires d’amour qui s’entremêlent sans qu’elles soient toutes liées à Paula. Malgré tout, c’est un aspect qui m’a beaucoup tapé sur le système puisque c’est toujours Paula la meilleure, Paula l’intelligente, Paula la plus belle, Paula celle qui a tous les mecs à ses pieds. Je n’avais qu’une envie, celle de toutes les secouer et de leur dire que Paula n’est pas le nombril du monde. Ceci dit l’entrée de nouveaux personnages dans ce second tome est un plus puisqu’on apprend à les connaître et la nouveauté fait du bien. 

Le roman est réparti en 98 chapitres alternant les points de vue des divers personnages. Je me suis d’ailleurs ennuyé dans certains comme ceux d’Alex et Katia par exemple. Sinon l’histoire est plutôt bien menée et j’ai passé un bon moment. Mais j’ai quand même eu un peu de mal à le terminer.

Chroniques de Zombieland, tome 2 : Alice et le miroir des maléfices de Gena Showalter

chroniques-de-zombieland-tome-2

fiche-technique

Titre : Chroniques de Zombieland, tome 2 : Alice et le miroir des maléfices

Auteur : Gena Showalter

Genre : Fantastique, Jeunesse

Maison d’édition- collection : Harlequin – Darkiss

Date de parution : 26/02/2014

Nombre de pages : 518

Nombre de tomes : 4

Prix : 14.90 €

résumé

Les zombies hantent la nuit. Oubliez cerveaux et sang, ces monstres ont faim d’âmes humaines. Malheureusement, ils ont la mienne… Alice Bell a tant perdu. Sa famille, ses amis, un endroit où elle se sentait chez elle. Elle pensait n’avoir plus rien à leur donner. Elle avait tort. Après une nouvelle attaque zombie, d’étranges choses lui arrivent. Des miroirs prennent vie, les murmures des morts assaillissent ses oreilles. Mais le pire, c’est que les ténèbres grandissent en elle, la poussent à faire le mal. Elle n’a jamais eu autant besoin de son équipe de tueurs de zombies mais le super bad boy qu’est Cole Holland, leur leader et son petit ami, se referme sur lui-même et s’écarte d’eux. Maintenant, accompagnée de sa meilleure amie Kat, Ali doit tuer les zombies, découvrir le secret de Cole et apprendre à lutter contre les ténèbres. Mais l’horloge tourne… et si elle échoue à l’une de ses tâches, ils seront tous perdus.

note

3

mon-avis

harlequin

– Mon père capture les créatures et leur met un collier. Il en relâche certaines. Les colliers disposent d’un GPS, et il est ainsi capable de les suivre à la trace. Ensuite, par le biais d’impulsions électriques, il parvient à contrôler les zombies et à les envoyer où il veut.

Des zombies télécommandés ? Super !

— Si tu dis vrai, pourquoi n’y a-t-il pas eu d’autres attaques de zombies sur des maisons ? l’a interrogé Cole.

— La précédente était un test, pour savoir si le processus fonctionnait. Cette nuit, ce ne sera pas un exercice. Mon père veut récupérer Ali. Il croit qu’elle est la clé pour sauver ma sœur. Isa n’a plus que quelques mois à vivre — dans le meilleur des cas.

Ce tome-ci est chargé à la fois en action et en émotions. Du moins pendant une grande partie du roman, puisqu’on a un grand passage à vide durant un temps où le comportement d’Ali m’a plus que gonflée. Je m’explique : ce qui m’a un peu énervée, voire beaucoup, c’est qu’elle ne fait pratiquement rien pour remédier à ce qui lui arrive. Au début oui, elle cherche plusieurs solutions au problème mais petit à petit, elle apprend à vivre avec et c’est comme si elle n’en avait rien à faire. Elle se contente de se servir de l’antidote et puis point final. Il n’y a qu’à la fin qu’elle semble se réveiller et se botter les fesses. J’espère que ce ne sera pas comme ça dans les prochains tomes parce que ça risque de m’énerver encore plus. Mais par dessus tout, le comportement qu’adopte Cole dans ce tome est juste dégoûtant envers Alice, voire envers Véronica parce que, même si c’est une connasse ( pardonnez moi ! ), le fait que ce soit un coup l’une, un coup l’autre prouve qu’il mérite une bonne paire de baffes ou de poings haha :).

En écrivant cette chronique, je me rends compte que, même si j’ai beaucoup plus apprécié ce tome que le précédent, eh bien les éléments que je cite ci-dessus m’ont beaucoup dérangée dans ma lecture, ce qui fait que je lui attribue une note plus basse. De très bonne lecture, ce second tome passe à une bonne lecture, même une plutôt bonne lecture, illogique me direz-vous 😊. Pourtant, ça avait bien commencé. Je me suis dit trop cool, enfin pas pour Ali celà-dit, il va lui arriver pleins de trucs, on va en apprendre plus, etc… mais tu parles ! Quand on va en apprendre plus, boom ! Il arrive un truc au personnage. J’espérais vraiment que l’auteure allait exploiter son histoire, ainsi que son potentiel mais même pas. On pourrait croire que c’est une déception pour moi, mais ce n’est pas le cas car je ne m’attendais pas à grand chose, étant donné que le tome 1 nous montre bien que ce ne sera pas une histoire grandiose.

Par contre, j’ai bien aimé l’arrivée d’un nouveau personnage, qui bouleverse tout, et aussi l’amitié naissante entre Ali et Mackenzie, alors là je ne m’y attendais mais alors pas du tout. Vous savez qu’à chaque début de roman, on a un mot d’Alice. Eh bien ici, c’est aussi le cas, mais à la fin on a aussi le mot de Cole et c’est plûtot pas mal d’avoir son point de vue. Enfin bref, si après le tome 1, j’avais enchaîné avec le tome 2 directement, ici ce ne sera pas le cas, mais je compte bien sur lire la suite.

La femme sans peur, tome 1 de Jean-Philippe Touzeau

la femme sans peur tome 1

fiche-technique

Titre : La femme sans peur, tome 1

Auteur : Jean-Philippe Touzeau

Genre : Thriller, Psychologie

Maison d’édition- collection : 88Seeds

Date de parution : 12/12/2012

Nombre de pages : 201

Nombre de tomes : 8

Prix : 9.87 €

résumé

Imaginez une seconde que l’on vous propose de prendre une pilule et que cette pilule vous permette d’effacer, pendant 24 heures, toutes vos peurs et vos doutes. L’accepteriez-vous ? Une petite pilule blanche en échange d’une confiance en vous inébranlable, comme vous n’en avez jamais fait l’expérience. La prendriez-vous vraiment ? Et si, en plus, la personne qui vous l’offrait, était un chercheur réputé, travaillant pour l’un des plus grands laboratoires pharmaceutiques au monde ? C’est à cette question que va devoir répondre Trinity Silverman, une jeune femme ayant tous les signes extérieurs d’une carrière à succès mais qui, intérieurement, est torturée, par justement, ces doutes et ces peurs venant de son enfance.

La décision que Trinity va prendre, l’entrainera dans une aventure inattendue, pleine de rebondissements à la recherche d’elle-même et, où ce qui parait être la réalité, ne l’est peut-être pas.

note

3

mon-avis

–  Oui, bien sûr, répond-il, un peu secoué. Et qui dois-je annoncer ?…

La question prend Trinity par surprise. Annoncer quoi ? Qui ? La femme que tu as abusée ? Trinity, tête de linotte ? La Silverman qui va te mettre une bonne gifle ?

Le jeune employé attend toujours, sourire crispé, le combiné à la main.

– Mademoiselle Bolli-Stoli.

Le jeune homme ne cille même pas. Ils sont bien formés, ces petits jeunes.

Ne sachant pas quoi lire cette semaine, enfin surtout n’arrivant pas décider quoi lire dans ma PAL d’automne, j’ai demandé à mon chéri de jeter un coup d’œil à ma PAL sur le blog et de choisir ma prochaine lecture selon la couverture et le titre. Il a donc choisi celui-ci. Je l’avais dans ma PAL globale depuis mai 2015, mais je n’avais jamais trouvé le courage de me lancer.

Je n’ai pas été déçue mais je n’ai pas été conquise non plus par ce premier tome, pourtant j’ai quand même passé un bon moment de lecture. Le début est pourtant prometteur, on entre sans difficulté dans l’histoire. On rencontre Trinity, le personnage principal qui est quelqu’un de très timide et qui angoisse très facilement, constamment. Un soir, lors d’un séminaire professionnel, elle rencontre un homme qui va lui proposer une pilule qui peut effacer toutes ses peurs et lui redonner une confiance en elle implacable ! On va donc suivre les aventures de Trinity et son escargot Speedy, parce que oui, l’animal de compagnie de Trinity est un escargot ! En plus, on a parfois son point de vue. C’est assez bizarre parfois, mais bon, au moins j’ai appris des choses sur les escargots, haha. Un des points négatifs est que l’histoire est répétitive, ce que je veux dire, c’est qu’au début, bon, elle prend sa pilule magique et il se passe plein de trucs trop bien. Mais ensuite le lendemain, le tableau se répète avec entre deux des lamentations sur elle-même, etc. C’est gonflant au bout d’un certain temps.
L’écriture de l’auteur est très fluide à lire, ce qui fait que l’histoire n’est pas compliquée à comprendre.

Je ne me suis pas attachée aux personnages, très peu à Trinity. Mais on n’a pas vraiment l’occasion de la connaître puisqu’elle n’est pas elle-même à cause de cette pilule.
Tout de même, j’ai passé un bon moment de lecture. Ça se lit assez rapidement de par sa fluidité mais aussi du fait que c’est un petit livre de 200 pages. Je lirai peut-être la suite, mais ce n’est pas ma priorité.