Apocalypse Z, tome 3 : La colère des justes de Manel Loureiro

 

apocalypse z 3

fiche-technique

Titre : Apocalypse Z, tome 3 : la colère des justes

Auteur : Manel Loureiro

Genre : Horreur, Fantastique

Maison d’édition : Eclipse

Date de parution : 19/11/2014

Nombre de page : 400

Nombre de tome : 3

Prix : 14.00 €

résumé

Une terrible épidémie a balayé la planète entière, ne laissant que des hordes de morts-vivants qui pourchassent inlassablement les derniers humains. L’heure de l’Apocalypse semble bel et bien avoir sonné. Un avocat espagnol, sa compagne Lucia et leur ami Viktor Pritchenko fuient les îles Canaries et sont sauvés par l’équipage d’un pétrolier. L’Ithaque les ramène dans la ville de Gulfport, au Mississippi, où une colonie de survivants s’est installée. Mais les naufragés n’y trouvent qu’une dictature fondamentaliste et raciste… Dans ce monde en proie au chaos, l’horreur prend bien des visages. Mais les impurs et les corrompus subiront bientôt la colère des Justes…

note

3

mon-avis

Panini books

 — Le moment qu’on redoutait – et espérait – est arrivé. Les descentes sont de pire en pire. Les Gardes verts nous traitent comme des agneaux sacrificiels. On ne peut pas supporter ça plus longtemps. On doit agir maintenant.

Comme je l’avais fait remarquer pour le tome 2, un rappel est fait sur le tome précédent sauf qu’ici, c’est un résumé regroupant les deux premiers tomes et raconté par notre Avocat. Dans ce tome, l’avocat et ses amis ont fui les Îles Canaries. Alors qu’ils sont en pleine tempête sur l’océan à bord d’un voilier, ils sont sauvés par l’équipage d’un pétrolier nommé Ithaque et autant vous dire qu’à partir de là, je me suis demandé sur quels tarés ils étaient encore tombés ! Rassurez-vous, on l’apprend bien assez tôt.

Si dans le second tome, il y avait moins de suspens ou d’action, ce tome-ci en regorge ! Cependant, les longueurs sont toujours présentes et quoique ce roman ne fasse que 400 pages, j’avais l’impression de ne pas avancer et de lire un roman de 1400 pages ! On découvre une nouvelle bande de survivants vraiment tarés qui sont des fanatiques de Dieu, enfin je dirais plutôt que ça ressemble à une sorte de secte, mélangée au régime d’Hitler, puisque la Garde verte se surnomme « les Aryens » et qu’ils utilisent toute personne n’ayant pas la peau blanche pour faire le sale boulot et combattre les zombies pour ensuite les déporter à bord d’un train. Nous avons quelques réponses concernant le Tsj, donc sur sa création, sa propagation, etc. J’ai eu beaucoup de sueurs froides durant la lecture, je savais que quelque chose clochait mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus, car l’auteur a très bien su le cacher. Durant les deux premiers tomes, le nom de notre personnage principal, l’avocat, était resté secret et bien figurez-vous qu’au dernier chapitre il nous est révélé et j’ai été surprise ! En tout cas, c’est une merveilleuse fin à la fois heureuse et triste. 

Apocalypse Z, tome 2 : Les jours sombres de Manel Loureiro

apocalypse z 2

fiche-technique

Titre : Apocalypse Z, tome 2 : les jours sombres

Auteur : Manel Loureiro

Genre : Horreur, Fantastique

Maison d’édition : Eclipse

Date de parution : 11/06/2014

Nombre de page : 480

Nombre de tome : 3

Prix : 14.00 €

résumé

La survie est un combat de tous les jours… Après s’être enfui en hélicoptère avec quelques survivants, notre avocat-narrateur se réfugie dans les îles Canaries où le reste du gouvernement espagnol tente de préserver un semblant de civilisation. Mais dans ce nouveau monde, où règne la loi du plus fort, nos survivants devront lutter autant contre les morts que contre les autres humains dont la sauvagerie naturelle revient rapidement.

note

3

mon-avis

Panini books

La putain de vérité. Ils nous renvoyaient vraiment en Espagne. À Madrid, un des endroits les plus dangereux d’Europe. La capitale n’était pas un coin calme et abandonné du monde. Près de six millions de personnes vivaient dans la ville et sa banlieue avant l’Apocalypse. Seuls quinze mille réfugiés sur les îles en provenaient, ce qui signifiait que Madrid grouillerait de morts-vivants qui nous attendraient.

Tout d’abord, avant de commencer ma chronique sur le second tome de cette trilogie, je voulais m’excuser de ne pas être très présente ces derniers temps. Je suis très fatiguée en ce moment, donc je passe pas mal de temps à me reposer et je ne fais pas grand-chose d’autre. Pour cause, ma lecture en a beaucoup souffert étant donné que les rares fois où je me suis installée confortablement pour lire, mes yeux que je luttais pour garder ouverts n’en faisaient qu’à leur tête et se fermaient. Bon, je ne vais pas vous raconter ma vie non plus, donc tout ça pour vous dire que je vais essayer d’être un peu plus présente et de reprendre les différents rendez-vous que j’avais abandonnés : le « top ten tuesday » ainsi que « le teaser du Jeudi ». Allez, assez discuté, je me lance dans ma chronique. 

Quand j’ai repris la lecture de cette saga, j’avais peur d’avoir oublié des choses importantes. Parce qu’il faut savoir que je déteste lire par exemple le tome 1 d’une saga, puis enchaîner avec une autre saga, et reprendre le tome 2 de la première des mois plus tard ; j’ai tendance à avoir une mémoire de poisson rouge. Ici, pas de panique ! Le prologue nous rappelle parfaitement tout ce dont il est essentiel de se souvenir.

J’ai donc été ravie de retrouver nos héros et de découvrir de nouveaux personnages avec lesquels nous allons évoluer au fil de l’histoire. De nouvelles aventures attendent notre bien aimé Avocat et son acolyte Prit. Bien sûr, nos héros n’ont aucun répit, puisqu’ils vont encore une fois se voir attribuer une mission. On a un peu l’impression que le schéma se répète, puisque dans le premier tome l’Avocat se voyait également attribuer une mission, mais cela s’arrête ici niveau similarités.

J’ai beaucoup aimé découvrir la suite de ce premier tome dont la fin m’avait laissée sur ma faim, j’en voulais plus. Cependant, la trame de l’histoire évolue lentement, enfin lentement mais sûrement. Il y a quelques longueurs par-ci par-là mais la petite nouveauté que j’ai appréciée est que l’on suit certains zombies d’un point de vue à la fois omniscient et interne, ça met un peu de piment dans l’histoire. Cependant un détail (ou pas) m’a un peu déçue : dans le premier tome, il y avait beaucoup d’action, beaucoup d’attaques de zombies, avec des courses poursuites, et notre avocat aurait presque pu se battre au corps à corps, ce qui a d’ailleurs été le cas à plusieurs reprises. Par contre, dans ce second tome, il y avait moins de « combats », moins de sueurs froides, moins de peur. Je ne sais pas si cela est lié à ma fatigue et au fait que j’avais l’impression de lire en dehors de mon cerveau, mais j’ai l’impression qu’il y avait moins de tout. C’était trop calme comparé au premier tome. Bon par contre, les derniers chapitres laissent présager que le tome 3 devrait être plus chargé en action.

Apocalypse Z, tome 1 : Le début de la fin de Manel Loureiro

 

apocalypse z

fiche-technique

Titre : Apocalypse Z, tome 1 : le début de la fin

Auteur : Manel Loureiro

Genre : Horreur, Fantastique

Maison d’édition : Eclipse

Date de parution : 15/01/2014

Nombre de page : 480

Nombre de tome : 3

Prix : 14.00 €

résumé

Tout a commencé dans une ancienne république soviétique du Caucase. Des terroristes ont attaqué un laboratoire secret, libérant par inadvertance un terrible virus qui tue la population avant de les ramener à la vie… sous forme de morts-vivants. Loin de là, un avocat, très affecté par le décès de son épouse, entame une thérapie par l’écriture. Il ne se doute pas que son blog anonyme sera l’ultime témoignage des derniers jours de l’humanité. Car en Europe, les gouvernements se révèlent incapables de faire face à la foudroyante épidémie et les nations tombent les unes après les autres. Brutalement, le monde sombre dans le chaos. Dans une Espagne désormais infestée de zombies, l’avocat va tenter de sauver sa peau. Ne pouvant compter que sur des armes de fortune et sur sa farouche volonté de vaincre, ce survivant solitaire incarnera le dernier espoir du genre humain.

note

mon-avis

 

Panini books

Des cas d’infections ont été signalés au quatre coins de la planète. L’épidémie est désormais mondiale. Aux Etats-unis, on ne compte plus le nombres d’émeutes, d’agressions, de disparitions et de meurtres. Nous ne savons quasiment rien sur la situation en Europe car la cellule de crise ne se manifeste plus. Des tas de rumeurs se propagent sur Internet, toutes plus folles les unes que les autres. Les divers témoignages s’accordent tout de même sur un point : les victimes de l’infection sont plongés dans un état de démence profonde et se montrent très agressives. Les attaques perpétrées par les malades sont légion, dans le monde entier. Je ne sais plus quoi penser.  

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce bouquin, non pas qu’il soit nul au contraire même j’ai adoré, mais j’ai eu comme une panne de lecture, je dirais, lier au fait que mes horaires de boulot me mettaient un peu des bâtons dans les roues. Enfin bref, des problèmes de lecteur quoi 🙂

Dès que l’on commence la lecture qui est très agréable, il est difficile de s’arrêter quoiqu’il n’y est pas bien entendu d’histoire d’amour, ce qui n’est pas plus mal dans un livre comme celui-ci, j’ai toujours entendu dire qu’une histoire d’amour était primordiale dans un livre que c’était elle qui faisait tout mais je ne suis pas totalement d’accord avec cela du moins dans ce genre de livre qui étant principalement de la survie, baisser sa garde pourrait être fatal, ça pourrait ajouter un peu plus de piment me direz-vous, certes mais croyez-moi celui-ci est bien épicé 🙂 par contre, quand j’ai ouvert le livre j’ai un peu appréhendé ma lecture niveau visuel étant donné que c’est écrit relativement petit. Ce bouquin est assez marrant, enfin … pas au sens propre puisqu’une invasion de zombies ça ne fait rire personne, c’est juste qu’inconsciemment le personnage principal , appeler l’Avocat car on ne connait pas son nom, se prépare à l’attaque de zombies, notamment il achète des fournitures de survie sans savoir qu’il va vraiment devoir survivre à tout ça, le pauvre monsieur a seulement eu une panne de courant qui est censée durer plusieurs mois.

Pendant toute la première partie, on va suivre l’évolution du monde face à ce virus sous forme de post sur le blog de notre cher Avocat, il n’y a donc aucun dialogue ceci dit notre personnage préfère se la joue solitaire, dans cette partie en tout cas. Je trouve d’ailleurs que dans cette partie il y a beaucoup de longueur, on tarde vraiment à découvrir ces « choses » dont on nous parle avec tant de mystère, bon bien sur avec la couverture ont sait déjà que se sont des zombies, ça met quand même trop longtemps à arrivée MAIS parce qu’il faut toujours un mais, lorsque les zombies font leurs premières apparitions l’action est énormément présente et moi ça j’adore ! Je ne me suis pas ennuyer une seule seconde. Puis dans la deuxième partie nous suivrons notre Avocat sur son journal étant donné qu’il va devoir se déplacer bien sur et qu’il n’y a plus électricité donc plus d’Internet !

Notre personnage principal n’a pas cessé de m’étonner, il garde un sang froid incroyable face à des situations extrêmement dangereuses où je pense que moi j’aurais craqué depuis bien longtemps ! Franchement je ne sais pas vraiment comment je réagirais face à attaque de zombies mais j’ai la certitude que je ne tiendrais pas bien longtemps. Le livre est tout à fait angoissant puisqu’on sait qu’à tout moment un zombie peut surgir de nulle part, mais on en redemande encore et encore… On dirait limite que je suis psychopathe HAHA ! Notre personnage est tellement attachant, ses émotions déteignent tellement sur nous, qu’on veut savoir ce qu’il va devenir.Il lui arrive  des choses tellement flippantes que je tournais les page frénétiquement comme une folle furieuse. Cependant, lorsque notre Avocat rencontre enfin des survivants, il va se voir attribuer une mission des plus dangereuse, bien sur comme c’était à l’autre bout de la ville je me doutais bien que ce serais plus ou moins long, ils ont mis une semaine mais j’avais l’impression que ça avait duré plus d’un mois, autant vous dire qu’il y avait énormément de longueur d’où cette impression. J’ai beaucoup apprécié Viktor Pritchenko notre Ukrainien, c’est quelqu’un de simple, renfermer sur lui-même au début à cause de ce qu’il a traversé mais peu à peu au contact de notre Avocat ( qui n’a pas de nom… enfin si, il en a forcément un mais on ne nous le dit pas, ce qui n’est absolument pas dérangeant, ça change )  il va redevenir la personne qu’il était, il est très marrant dans la manière dont il parle même s’il ne parle pas bien espagnol mais il se débrouille.

La fin est tout ce qu’il y a de plus normal, pas de suspens,machin, machin mais BORDEL CE QUE JE VEUX LA SUITE ! Cette lecture était presque un coup de cœur ❤