Écoute-là de Sarah Dessen

 

fiche-technique

Titre : Écoute-là

Auteur : Sarah Dessen

Genre : Jeunesse, Romance

Maison d’édition : Pocket Jeunesse

Date de parution : 07/06/2007

Nombre de pages : 381 pages

Nombre de tomes : 1

Prix : 17.24 €

résumé

Annabelle a tout pour être la star du lycée. Première de la classe, aimée par ses parents et… mannequin, la jeune fille se sent pourtant désespérément seule. Abandonnée par Sophie, sa meilleure amie, elle doit aussi affronter le mal-être de sa grande sœur. Et surtout, Annabelle n’a plus personne à qui se confier. Jusqu’au jour où elle rencontre Phil, un fou de musique qui a décidé de toujours dire la vérité en face, qu’importent les conséquences… Annabelle, qui préfère inventer des histoires pour éviter tout conflit, sera-t-elle capable d’accepter l’amitié de ce garçon si différent des autres ? Lui seul semble capable de déchiffrer son cœur comme une partition de musique.

note

4

mon-avis

Encore relecture d’un roman de Sarah Dessen ! J’avais vraiment envie de me replonger dans certaines de ses œuvres, même si je les ai déjà lues plusieurs fois. Peu de surprises dans la découverte de l’intrigue donc, mais toujours le même plaisir de lecture.

On fait la connaissance d’Annabelle, une jeune fille qui a vu sa vie changer en un été car sa meilleure amie Sophie l’a laissée tomber à cause d’une chose qu’elle n’a pas faite. Elle se retrouve désormais seule au lycée, sans amis. Elle se rapproche peu à peu de Phil, un garçon solitaire qui a pour habitude de toujours être honnête. Il déstabilise Annabelle parce qu’elle, de son côté, a plutôt tendance à enjoliver les choses pour éviter les conflits, surtout à la maison, ayant peur d’avouer à sa mère qu’elle veut arrêter le mannequinat. Il va cependant l’aider à se sentir mieux. Comme presque toujours dans les romans de cette auteure, le personnage principal est une fille attachante, mal dans sa peau et mal à l’aise dans sa situation familiale. Annabelle fait de son mieux pour ne faire de peine à personne mais ça l’empêche de dire ce qu’elle pense vraiment ou de partager ce qu’elle ressent. De même, pour elle, un conflit signe la fin d’une amitié. Bien que je comprenne qu’elle ait du mal à se confier, j’avais parfois envie de la secouer un peu pour qu’elle avoue enfin ce qui lui passait par la tête. En même temps, c’est l’évolution dans son caractère qui rend l’histoire intéressante, si elle parlait tout de suite le livre n’aurait pas lieu d’être. J’ai adoré Phil, qui l’aide à changer petit à petit. Il manque peut-être de délicatesse parfois, mais il est le seul qui est vraiment prêt à écouter la jeune fille. Sophie, surtout dépeinte lors des différents flashbacks, m’a beaucoup énervée par son comportement égoïste, je ne comprends pas pourquoi Annabelle se laissait faire. Mais elle cache aussi des faiblesses. Emma, la sœur d’Annabelle, atteinte de troubles alimentaires m’a aussi touchée dans son évolution vers la guérison. Et pour une fois dans un livre de cette auteure, les parents ne m’ont pas énervée du tout.

L’histoire est certes prévisible comme l’est souvent celle d’un roman pour ados, mais j’ai apprécié le fait que Sarah Dessen se penche plus sur le développement du caractère d’Annabelle, sur sa relation avec sa mère et sa sœur, sur la maladie de cette dernière, que sur la romance. Celle-ci est aussi présente bien sûr, mais elle passe au second plan. Les nombreux flashbacks sont bien amenés et permettent de comprendre peu à peu le comportement des différents personnages et de développer chacun d’eux. C’est bizarre à dire, mais j’ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux en lisant les 50 dernières pages, la fin m’a émue.

Je recommande ce livre à ceux ou celles qui aiment ce genre d’histoires pour ados avec un ou deux sujets touchants en toile de fond.

Cette chronique figure également sur le blog foxyreader

Publicités

Pour toujours… jusqu’à demain de Sarah Dessen

te succomber

 

fiche-technique

Titre : Pour toujours… jusqu’à demain

Auteur : Sarah Dessen

Genre : Jeunesse, Romance

Maison d’édition : Pocket Jeunesse

Date de parution : 06/05/2008

Nombre de pages : 452 pages

Nombre de tomes : 1

Prix : 18.00 €

résumé

Depuis la mort de son père, Macy fait tout pour soulager sa mère. Elle a renoncé à ses loisirs et désormais, elle rentre tous les soirs à huit heures pour repasser ses vêtements et réviser ses cours. Heureusement, Jason, son petit copain un maniaque surdoué qu’elle admire beaucoup est là pour la soutenir dans cette vie bien ordonnée. Jusqu’au jour où Macy rencontre une bande de joyeux déjantés avec qui elle se lie d’amitié. À leurs côtés elle prend soudain conscience qu’elle n’est pas heureuse. Mais pour le devenir, elle doit évoluer. Le changement s’annonce difficile, voire douloureux, même si Tim, un garçon absolument craquant, semble prêt à l’aider…

note

5

mon-avis

Il s’agit là d’une relecture que je voulais faire depuis quelque temps déjà. J’adore Sarah Dessen, ses livres ont bercé mon adolescence et j’aime beaucoup les relire de temps en temps, surtout ceux de cette « série » (ils ne se suivent pas, mais ont le même genre de couverture). J’imagine bien que je suis tout sauf objective concernant ce livre, car même si je peux lui voire des défauts maintenant que j’ai un peu grandi, il reste l’un de mes livres préférés.

Le roman raconte l’été d’une adolescente, Macy. Jason, son petit ami, un jeune homme très brillant et surtout très carré dans sa manière de vivre, part en camp pour presque toutes les vacances, elle se retrouve donc toute seule, avec la mission de le remplacer à la bibliothèque. Ce job n’étant pas des plus agréables à cause de ses collègues et Jason ayant décidé d’une pause dans leur relation car elle lui a dit « je t’aime », Macy décide de travailler pour Delia, le traiteur que sa mère a employé pour une soirée. À ce nouveau travail, elle fait la connaissance de Kristy, jeune fille excentrique, de sa soeur Monica, très peu loquace, de Greg, adolescent persuadé que la fin du monde est proche, et de Tim, jeune homme plutôt séduisant. Avec eux, elle va réapprendre à être heureuse car depuis la mort de son père, elle s’échine à être parfaite, à ne rien laisser transparaître. Sa mère ne voit malheureusement pas ce changement d’un très bon œil. Les romans de Sarah Dessen suivent souvent un peu le même schéma : une adolescente se fait une nouvelle amie qui va l’aider à s’apprécier, à s’affirmer. On rajoute une intrigue amoureuse et des tensions avec les parents, et on se retrouve avec l’un de ses romans. On pourrait croire qu’il s’agit d’un mauvais point, alors que ce n’est pas le cas du tout. J’ignore comment l’auteure s’y prend, mais ses histoires m’emportent toujours, je me prends au jeu (presque) à chaque fois. Cela tient probablement aux personnages qu’elle arrive très bien à développer. Pour toujours… jusqu’à demain ne fait pas exception à la règle. Macy est très attachante, elle est l’héroïne adolescente par excellence : plutôt mal dans sa peau, elle a du mal à s’affirmer. Je ne suis pas d’accord avec tous ses choix mais suivre son évolution a été très plaisant. Kristy est l’un des personnages que je préfère (avec Tim), car elle s’évertue à faire sortir Macy de sa coquille, même lorsque celle-ci ne se laisse pas atteindre. Elle se fiche de ce que les gens pensent d’elle et apporte ainsi un bol d’air frais à Macy. Tim est mon petit coup de cœur dans ce livre ; j’étais simplement contente de pouvoir lire des scènes où il apparaissait. Il est au final une personne assez simple, mais grâce au jeu de vérité auquel il joue avec Macy, cette dernière apprend à se livrer, ce qu’elle ne peut faire avec personne d’autre.

Pour essayer de garder une vision un peu plus objective, je dirais que le début est un peu rapide, comme si le lecteur arrivait vraiment comme un intrus dans l’histoire. Juste après, il y a un passage très descriptif, une sorte de présentation rapide des personnages qui casse un peu le rythme de la narration. Cependant, une fois passé ce passage, la lecture est très fluide et agréable. La fin de l’histoire est bien entendu assez prévisible, mais c’est quelque chose qui ne me dérange pas en soi quand je lis ce genre de livres ; c’est surtout la manière d’arriver à cette fin qui importe.

Je vous recommande bien sûr ce roman à toutes les adolescentes, car c’est clairement un coup de cœur pour moi. Pour les adultes, c’est un risque à prendre, la seule chose que j’affirmerais, c’est que Sarah Dessen est l’une des meilleures dans ce genre selon moi.

Cette chronique figure également sur le blog foxyreader