7 secondes de Tom Easton

7 secondes

fiche-technique

Titre : 7 secondes

Auteur : Tom Easton

Genre :  Jeunesse, Science-Fiction

Maison d’édition-Collection : Lumen

Date de parution : 17/09/2015

Nombre de pages : 370

Nombre de tomes : 1

Prix : 15.00 €

résumé

Partie chercher une vie meilleure dans ce qu’on appelle désormais les Îles, au Nord d’une Europe ravagée par la guerre, Mila est capturée par des agents du gouvernement qui implantent dans sa tête, comme à tous les citoyens du pays, un téléphone destiné à leur transmettre quasiment en temps réel le moindre de ses mouvements. Le hic ? Au cours de l’opération, ils découvrent un autre appareil suspect dans son crâne. Qui a placé cet engin là et pourquoi ? Elle-même l’ignore. Mila n’a plus le choix… Elle doit fuir. Et pour sauver sa vie, c’est peu de dire que le temps lui manque. Afin d’échapper aux soldats d’élite lancés à ses trousses, elle ne dispose que d’un seul minuscule avantage : 7 petites secondes d’avance sur ses poursuivants, pas une de plus ! C’est le temps que mettent les informations saisies par le téléphone à parvenir aux autorités.  Une impitoyable course contre la montre commence, qui pousse peu à peu Mila dans ses retranchements… Contrainte de faire preuve d’une inventivité permanente, elle doit exploiter toutes les failles du système et rivaliser de sang-froid, de réactivité et de ruse pour survivre ! Découvrez une chasse à l’homme haletante où s’exprime le talent d’un écrivain passionné de comédies jeunesse et de thrillers young adult, le talentueux Tom Easton.

note

4

mon-avis

lumen

Une forte odeur d’épices lui assaillit les narines au moment où la BMW percutait un présentoir garni de marchandises venues du monde entier. Un nuage de poudre jaune s’abattit sur le pare-brise, et les essuie-glaces se mirent en route. Des voyants, des alarmes et des voix électroniques aux intonations douces l’avertirent que ses agissements étaient dangereux, illégaux et globalement scandaleux. L’instant d’après, elle déboulait de l’autre côté du marché et s’engouffrait dans une énième rue étroite. Après un virage serré à gauche, suivi d’un autre à droite, elle jeta un coup d’œil dans son rétroviseur intérieur. Aucune lumière bleue. Rien devant non plus. Pied au plancher, elle se sentit peu à eu écrasée contre le dossier de son siège à mesure que la voiture accélérait.

La couverture m’a beaucoup attirée lorsque j’étais à Cultura en exploration 🙂 Les 3 petites phrases d’accroche sont très attirantes, mais bon, c’est fait pour ça, n’est-ce-pas ? Cela dit, c’est ce qui m’a fait retourner le livre pour en lire le résumé ! Alors parlons-en de ce fameux résumé, je ne devrais pas l’appeler comme ça, car malheureusement, il en dévoile 3 fois trop, alors dans cette chronique, rassurez-vous, j’ai effacé les parties révélatrices. Si je peux vous donner un conseil, ne lisez surtout pas celui du livre avant d’avoir fini votre lecture ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit ni plus ni moins de la trame de l’histoire et, de ce fait, il n’y plus aucune surprise quant au déroulement de l’histoire, aucune surprise lorsqu’on découvre des éléments qui pour moi étaient bien importants, tout cela parce que le résumé nous a tout bonnement spoilé le déroulement de l’histoire et les événements clés. Personnellement, j’adore quand il y a une part de mystère dans un résumé, c’est ce qui me pousse à lire un roman pour avoir la réponse aux questions suscitées par le résumé. Bien sûr, il n’y a pas que ça qui m’incite à lire un roman, beaucoup d’autres critères sont décisifs, mais celui-ci en fait GRANDEMENT partie et c’est quand même un bien gros critère. Si vous avez lu ce livre ainsi que son résumé, n’hésitez pas à me dire si vous avez ressenti la même chose et, au contraire, si vous n’avez pas encore lu ce livre, je vais me répéter, mais ne lisez pas le résumé ! Surtout pas ! Et n’hésitez pas à partager ce que vous aimez ou pas dans un résumé.

Pour commencer, Mila subit un interrogatoire pour savoir comment elle est entrée en Angleterre, nommée l’Ile. Plus précisément, les pays du nord l’Europe de l’Ouest sont tous nommés les Iles du Premier monde et le reste correspond au Tiers Monde d’où Mila vient, donc elle est clandestine. L’univers est tout de suite bien posé avec pas mal d’informations sur le fonctionnement et sur la politique adoptée par ce pays. On se trouve dans une époque futuriste où des téléphones sont implantés dans le cerveau de la population, où ils peuvent enregistrer les moindres moments de leur vie rien qu’en pensant, je trouve que c’est un gros inconvénient quand même : il suffit d’une pensée pour enregistrer n’importe quoi et tout le monde peut y avoir accès s’il le souhaite ! Heureusement il existe un code de verrouillage pour ne pas enregistrer, parce que vous imaginez ? Une seule pensée déplacée et c’est fini ! Par contre, l’avantage du Premier Monde, c’est qu’il n’y a aucune caméra de surveillance, donc ceux qui, comme les clandestins, n’ont pas de téléphone implanté sont libres s’ils ne sont pas surveillés. Enfin voilà, comme il est dit sur la 4e de couverture, on est dans une société futuriste devenue complètement folle ! J’ai cependant remarqué une incohérence au niveau des 7 secondes de décalage : lorsqu’on implante le téléphone à Mila, Adam fait devant elle certains réglages grâce à son téléphone à lui et donc enlève ces 7 secondes, mais elle réussit à le convaincre de les réinstaller, ce qu’il fait bien sûr, ce qui veut dire qu’il peut le faire quand bon lui semble. MAIS lors de sa « traque », Mila a toujours ces 7 secondes de décalage, elle a donc l’avantage. Même en écrivant cette chronique, je n’arrive pas à comprendre pourquoi on ne les lui enlève pas !

Au niveau de sa structure, le livre est très bien présenté, je dirais cependant qu’il ne se démarque pas dans sa présentation, c’est basique. Personnellement, j’adore lorsque j’ouvre un livre y découvrir des illustrations ou une présentation des chapitres autre que ce qu’on a l’habitude de voir, mais cet aspect est bien sûr rattrapé par le contenu tout à fait addictif. L’auteur possède une écriture fluide, avec un très bon langage, ce qui a pour conséquence une lecture extrêmement rapide. Cependant, pour ma part j’aurais préféré des chapitres un peu plus courts, car dans 7 secondes il y a seulement 14 chapitres pour 369 pages, ce qui fait que tout les chapitres font 30 pages voire parfois plus, c’est un peu long quand même. L’action se fait ressentir durant la totalité du roman, ce qui n’est pas le cas dans tous les romans.

Grâce à tous les critères cités ci-dessus, j’ai passé une très bonne lecture. Et pour conclure cette chronique, j’aimerais ajouter que ce seul et unique tome aurait pu faire une belle trilogie.