La sirène ∼ Kiera Cass

la sirène

Titre VF :  The Siren

Titre VO : La sirène

Auteur : Kiera Cass

Traducteur : Madeleine Nasalik

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Robert Laffont

Date de parution : 22/09/2016

Nombre de page : 347

Nombre de tome :  /

Prix : 17.90 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l’entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son cœur ?

note

Bonne lecturemon-avis

robert laffont

A la fois mère de substitution, chaperon et employeur… la relation qui nous lie à l’Océan est très complexe.

 φ
Naturellement, j’ai commencé les livres de Kiera Cass avec « La sélection », que j’avais dévoré et adoré ! Je me suis donc lancer dans la lecture de « La sirène » que je trouvais plutôt prometteur. Il faut dire que revisiter le mythe des sirènes n’est pas commun.
 φ
On retrouve Kahlen, personnage principal qui est une sirène, elle a été recruté et voue sa vie à l’Océan pendant 80 ans ( les sirènes ici sont immortelles) , considéré comme personne. Ici, les sirènes n’ont pas de queue de poisson comme dans les mythes que l’on peut connaître. C’est plutôt agréable, de lire autre chose que ce que l’on connaît déjà. Mais leur voix est mortelle, elle sert d’arme destinée à « nourrir » l’Océan. Oui oui, c’est assez glauque quand on y pense, car l’Océan se nourrir d’humains que les sirènes attirent à la mort. Donc, elles doivent faire semblant d’être muette, au risque de tuer les humains. Je ne vous en dis pas plus parce que bien sûr il y a d’autre chose à découvrir.
 φ
Je suis un peu mitigée face à cette lecture, j’ai apprécié ma lecture mais je n’arrive toujours pas à me faire un avis arrêté même après plusieurs jours de réflexion. Mais voilà, je ne peux pas dire que j’ai autant aimé que « La sélection ».

Lux, tome 4 : Origine de Jennifer L. Armentrout

Titre : Lux, tome 4 : Origine

Auteur : Jennifer L. Armentrout

Traducteur : Cécile Tasson

Genre : Fantastique, Jeunesse

Maison d’édition : J’ai lu

Date de parution : 16/11/2016

Nombre de page : 448

Nombre de tome : 5

Prix : 13.00 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

L’expédition du Mont Weather s’est soldée par un échec et la disparition de Katy. Fou de rage et rongé par la culpabilité, Daemon est prêt à tout pour retrouver sa trace… quitte à mettre les siens en danger ou faire cavalier seul. De son côté, Kat n’a qu’une préoccupation : survivre. Et entourée d’ennemis, elle ne pourra s’en sortir qu’en s’adaptant. Mais de l’autre côté de la barrière, les choses ne sont plus si simples : qui du Dédale, des humains, ou même des Luxens doit-elle craindre le plus ? Bien qu’ensemble Katy et Daemon soient capables de soulever des montagnes, leur couple sera-t-il assez solide pour affronter la vérité ?

note

mon-avis

Il été hors de question que je serve de goûter intergalactique.

Δ Ne pas lire si vous n’avez pas lu les tomes précédents.

En regardant le titre du livre, soit dit en passant « origine », j’étais hyper contente puisque je me suis dit qu’on en apprendrait un peu plus sur l’origine des Luxens et des Arums car finalement tout au long des 3 premiers tomes on ne connaît pas grand-chose. Ce que j’aime beaucoup dans cette saga c’est que plus on avance plus on nous donne de petites bribes d’information mais toujours en nous laissant une part de mystère. Mais bien sûr je me suis bien plantée, il ne s’agit pas de l’origine des Luxens ou des Arums mais bien d’autre chose, certes en rapport mais quelque peu différent.

J’ai adoré retrouver les personnages, que ce soit les principaux tels que les familles Black et Thompson ainsi que Katy ou même les personnages secondaires tels que Luc et Paris, j’ai d’ailleurs tout autant adoré découvrir certains nouveaux personnages tel que Archer qui m’a tellement intrigué dès le début du roman, il y a une telle profondeur dans le personnages qu’on ne peut passer à côté. J’ai même adoré retrouver Blake, que je n’ai pu m’empêcher de détester, il a tellement mérité ce qui lui arrive.

Cette suite m’a de suite replongé dans l’univers des Luxens  et des Arums et ce fut un réel plaisir. Elle reste dans la continuité des événements qui ont pu survenir lors du troisième tome et l’on n’est absolument pas perdu lors de la reprise avec ce quatrième tome. Comme je le disais un peu plus haut, j’ai aimer en apprendre davantage sur diverses choses dont je ne peux pas vraiment vous parler au risque de vous spoiler, et ce n’est pas le but. Cependant si j’ai adoré me replonger dans l’histoire avec nos différents personnages, etc … il manque énormément d’action durant les trois quarts du roman et les jours se ressemblaient que ce soit pour Katy ou Daemon et nous autres lecteurs perdons également le fil du temps étant nous aussi sous terre comme nos personnages. Malgré cela je ne me suis pas ennuyé une seule fois et cela n’a pas non plus ralenti la lecture.

Tout de même je dois dire que je ne m’attendais absolument pas à ce que la fin soit amenée de cette façon mais j’aurais du m’en douter car Jennifer L. Armentrout a toujours su donner le coup de grâce au lecteur dans les fins de romans. Je suis très excité de connaître la suite, même si ça ne va pas sentir très bon pour certains de nos personnages.

Le voleur de cœur de Rawia Arroum

Titre : le voleur de cœur

Auteur : Rawia Arroum

Traducteur : 

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Michel Lafon

Date de parution : 14/04/2016

Nombre de page : 394

Nombre de tome : 1

Prix : 15.95 €

Logo Livraddict

Ω

résumé

Symphonie est un monde musical. Brutal. Chacun y possède un instrument, donné à la naissance. Arme enchantée mais également véritable partie de soi-même, on la nomme mélo-âme. Avec ces objets, tous les clans rivaux se livrent une guerre sans merci… les instruments de musique hurlent, et des vies s’évaporent. Au milieu de cette cacophonie, Dylan profite d’une vie rêvée de fils cadet de chef de clan, sans responsabilité ni impératif quelconque… Et heureusement, car il cache un secret inavouable : il n’a pas de mélo-âme, aucun pouvoir, et s’il a un instrument, ce dernier n’a rien de magique. Aussi lorsqu’il se retrouve propulsé héritier de son clan et qu’il doit faire ses preuves sur le champ de bataille, il est totalement désemparé.

note

mon-avis

Moi, j’ai toujours dit que les glaçons et les braises faisaient de beaux bébés.

Au départ je ne voulais pas lire la quatrième de couverture, puis la curiosité a pris le dessus. Je me dois donc de vous informer que le résumé de la quatrième de couverture spoile, étant donné que c’est un élément que nous n’apprenons qu’à la fin.

Je me suis souvent perdu au début de ma lecture à cause du fait qu’il y avait trop de personnages et donc beaucoup d’info à retenir du genre qui a quel instrument et ce qu’il peut faire avec. Fort heureusement au fur-et-à-mesure de la lecture on s’y habitue et il est plus facile de se repérer. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ethan ainsi que celui de Kana, la fiancée et le meilleur ami de Dylan, je me suis d’ailleurs beaucoup attaché à eux durant ma lecture. Cependant, dans la première partie le personnage de Dylan m’a énormément dérangé du fait qu’il s’urinait toujours dessus, tel un enfant faisant pipi au lit. Il ne savait gérer aucune situation sans fuir ou uriner. Toutefois, dans la seconde partie Dylan m’a un peu plus intéressé, il a commencé à s’endurcir du fait des atrocités qu’il va voir et vivre.

L’histoire est plaisante et se lit assez rapidement, elle est surtout intéressante mais je dois dire qu’une fois que le clan de Dylan ainsi que quelques renforts de Classique sont arrivés dans le Nord à Cordes l’histoire part un peu dans tous les sens et j’avoue que je ne savais plus trop où j’en était mais surtout pourquoi l’auteur avait décidé de mener l’histoire dans ce sens.

Avant de me lancer dans la lecture du « voleur de cœur » j’avais lu beaucoup d’avis négatifs. J’avais vraiment peur de ne pas apprécier mais finalement ce fut une assez bonne lecture pour moi.

Invisibilité de Andrea Cremer & David Levithan

invisibilité

fiche-technique

Titre : Invisibilité

Auteur : Andrea Cremer & David Levithan

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Michel Lafon

Date de parution : 11/06/2015

Nombre de page : 432

Nombre de tome : /

Prix : 15.95 €

résumé

Stephen est invisible depuis toujours.
Une malédiction impossible.
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit.
Elle seule peut briser le sort.
Au risque de les séparer à jamais.

note

3

mon-avis

 

michel lafon

À peine a-t-il disparu que je regrette de lui avoir dit que j’avais besoin d’être seule. Je ressens un creux à l’estomac, comme quand un cauchemar me réveille et que je me souviens que je suis trop grande pour appeler ma mère.

Les premiers chapitres du roman sont agréables à lire, les auteurs nous laissent nous imprégner du décor et nous raconte sans trop en dire les détails de la vie de Stephen face à son invisibilité, ou plutôt ce qu’il endure chaque jour.

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, en commençant je pensais donc que ce serait une histoire assez réaliste puisque la « magie » arrive tardivement dans l’histoire, quasiment à la moitié du livre. Cependant lorsque le côté fantastique est là tout se passe trop rapidement, dans le sens où Elizabeth apprend trop rapidement à mon goût. Mais comme l’histoire ne commence réellement qu’à partir de ce moment-là, les auteurs doivent compacter leur récit de manière à tout faire rentrer dans une moitié de livre, là où ils auraient pu développer et c’est vraiment dommage. Pour ce qui est de l’affrontement final je me suis posé tout un tas de questions puisque voyant les pages et les chapitres défiler, je me suis dit : « euh … comment ça va se passer là ? » j’en était déjà aux trois quarts du livre et toujours aucune action de faite ! Ça m’a vraiment déçu car je m’attendais à quelque chose de plus combatif, et puis surtout à en apprendre davantage lors des « entraînements » avec Millie, entraînements qui de mon point de vue n’en ai absolument pas, j’ai même l’impression que les auteurs ont juste survolé l’idée manière de. De plus, le combat final m’a énormément déçu, car Maxwell Arbus est tout au long du roman présenté comme le lanceur de malédiction le plus redoutable, auquel il ne faut absolument pas se frotter et trois adolescents dont deux ne peuvent absolument rien faire le vainc sans aucun effort. Non trop facile à mon goût et pas en accord avec ce qui nous ai dit tout au long de notre lecture. Malgré tout c’est un roman qui se lit relativement vite et avec lequel on passe un bon moment.

Au niveau des personnages, on s’y attache assez facilement en connaissant leur histoire , même si j’ai eu un peu de mal avec Elizabeth parfois. Il faut dire que ce soudain changement de comportement y est pour quelque chose. Pourtant c’est une fille assez gentille si ce n’est qu’elle a souvent des sautes d’humeur, mais elle a un bon fond et son revirement de comportement soudain m’a un peu énervé étant donné qu’elle pense qu’il advient à elle seule de sauver Stephen et BLA BLA BLA, d’ailleurs la manière dont elle l’écarte totalement du problème m’a fait voir rouge, on dirait presque que c’est elle qui est invisible et que Stephen n’est rien. J’en viens donc au fait que par rapport à ce problème Stephen n’est pas assez présent dans les événements concernant sa malédiction. Ce que je veux dire c’est qu’à chaque fois qu’on va en savoir plus sur sa malédiction, il est écarté, on l’envoie ailleurs et on découvre avec Elizabeth ! Mon personnage préféré est Laurie, le frère d’Elizabeth. Toujours là pour plaisanter mais surtout toujours prêt à aider son prochain malgré ce qu’il a pu endurer.

En conclusion je ne suis pas déçu de ma lecture mais presque, c’est dommage puisque tout été réellement bien commencé. J’ai quand même passé de bons moments avec les personnages et c’est ce qui je pense, a sauvé la mise. Je conseillerai cependant plus ce livre à des jeunes entre 12 et 16 ans puisque c’est plus jeunesse que Young Adult, l’univers n’est pas très complexe, la plume est fluide et surtout il n’y a pas de scène choquante pour cette tranche d’âge.

Chroniques de Zombieland, tome 2 : Alice et le miroir des maléfices de Gena Showalter

chroniques-de-zombieland-tome-2

fiche-technique

Titre : Chroniques de Zombieland, tome 2 : Alice et le miroir des maléfices

Auteur : Gena Showalter

Genre : Fantastique, Jeunesse

Maison d’édition- collection : Harlequin – Darkiss

Date de parution : 26/02/2014

Nombre de pages : 518

Nombre de tomes : 4

Prix : 14.90 €

résumé

Les zombies hantent la nuit. Oubliez cerveaux et sang, ces monstres ont faim d’âmes humaines. Malheureusement, ils ont la mienne… Alice Bell a tant perdu. Sa famille, ses amis, un endroit où elle se sentait chez elle. Elle pensait n’avoir plus rien à leur donner. Elle avait tort. Après une nouvelle attaque zombie, d’étranges choses lui arrivent. Des miroirs prennent vie, les murmures des morts assaillissent ses oreilles. Mais le pire, c’est que les ténèbres grandissent en elle, la poussent à faire le mal. Elle n’a jamais eu autant besoin de son équipe de tueurs de zombies mais le super bad boy qu’est Cole Holland, leur leader et son petit ami, se referme sur lui-même et s’écarte d’eux. Maintenant, accompagnée de sa meilleure amie Kat, Ali doit tuer les zombies, découvrir le secret de Cole et apprendre à lutter contre les ténèbres. Mais l’horloge tourne… et si elle échoue à l’une de ses tâches, ils seront tous perdus.

note

3

mon-avis

harlequin

– Mon père capture les créatures et leur met un collier. Il en relâche certaines. Les colliers disposent d’un GPS, et il est ainsi capable de les suivre à la trace. Ensuite, par le biais d’impulsions électriques, il parvient à contrôler les zombies et à les envoyer où il veut.

Des zombies télécommandés ? Super !

— Si tu dis vrai, pourquoi n’y a-t-il pas eu d’autres attaques de zombies sur des maisons ? l’a interrogé Cole.

— La précédente était un test, pour savoir si le processus fonctionnait. Cette nuit, ce ne sera pas un exercice. Mon père veut récupérer Ali. Il croit qu’elle est la clé pour sauver ma sœur. Isa n’a plus que quelques mois à vivre — dans le meilleur des cas.

Ce tome-ci est chargé à la fois en action et en émotions. Du moins pendant une grande partie du roman, puisqu’on a un grand passage à vide durant un temps où le comportement d’Ali m’a plus que gonflée. Je m’explique : ce qui m’a un peu énervée, voire beaucoup, c’est qu’elle ne fait pratiquement rien pour remédier à ce qui lui arrive. Au début oui, elle cherche plusieurs solutions au problème mais petit à petit, elle apprend à vivre avec et c’est comme si elle n’en avait rien à faire. Elle se contente de se servir de l’antidote et puis point final. Il n’y a qu’à la fin qu’elle semble se réveiller et se botter les fesses. J’espère que ce ne sera pas comme ça dans les prochains tomes parce que ça risque de m’énerver encore plus. Mais par dessus tout, le comportement qu’adopte Cole dans ce tome est juste dégoûtant envers Alice, voire envers Véronica parce que, même si c’est une connasse ( pardonnez moi ! ), le fait que ce soit un coup l’une, un coup l’autre prouve qu’il mérite une bonne paire de baffes ou de poings haha :).

En écrivant cette chronique, je me rends compte que, même si j’ai beaucoup plus apprécié ce tome que le précédent, eh bien les éléments que je cite ci-dessus m’ont beaucoup dérangée dans ma lecture, ce qui fait que je lui attribue une note plus basse. De très bonne lecture, ce second tome passe à une bonne lecture, même une plutôt bonne lecture, illogique me direz-vous 😊. Pourtant, ça avait bien commencé. Je me suis dit trop cool, enfin pas pour Ali celà-dit, il va lui arriver pleins de trucs, on va en apprendre plus, etc… mais tu parles ! Quand on va en apprendre plus, boom ! Il arrive un truc au personnage. J’espérais vraiment que l’auteure allait exploiter son histoire, ainsi que son potentiel mais même pas. On pourrait croire que c’est une déception pour moi, mais ce n’est pas le cas car je ne m’attendais pas à grand chose, étant donné que le tome 1 nous montre bien que ce ne sera pas une histoire grandiose.

Par contre, j’ai bien aimé l’arrivée d’un nouveau personnage, qui bouleverse tout, et aussi l’amitié naissante entre Ali et Mackenzie, alors là je ne m’y attendais mais alors pas du tout. Vous savez qu’à chaque début de roman, on a un mot d’Alice. Eh bien ici, c’est aussi le cas, mais à la fin on a aussi le mot de Cole et c’est plûtot pas mal d’avoir son point de vue. Enfin bref, si après le tome 1, j’avais enchaîné avec le tome 2 directement, ici ce ne sera pas le cas, mais je compte bien sur lire la suite.

Chroniques de Zombieland, tome 1 : Alice au pays des zombies de Gena Showalter

chroniques-de-zombieland,-tome-1---alice-au-pays-des-zombies-3766683

fiche-technique

Titre : Chroniques de Zombieland, tome 1 : Alice au pays des zombies

Auteur : Gena Showalter

Genre : Fantastique, Jeunesse

Maison d’édition- collection : Harlequin – Darkiss

Date de parution : 29/05/2013

Nombre de pages : 528

Nombre de tomes : 4

Prix : 16.41 €

résumé

Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde… Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres les Zombies.

note

4

mon-avis

– Êtes-vous entrain de suggérer que je suis de mèche avec les zombies? Que je les ai payés pour feindre de m’attaquer afin de vous obliger à me laisser rejoindre vos rangs?
– Est-ce le cas ? a interrogé M. Holland.
– Mais évidemment, ai-je répondu d’une voix aigre-douce. Vous avez raison. J’ai dîné avec John Zombie la semaine dernière. On s’est régalés : steaks saignant et une bouteille de O positif. Il m’a révélé tous ses secrets, mais c’est bien dommage : je lui ai promis que je ne dirais rien. En échange, je lui ai demandé de réunir ses meilleurs potes pour me courir après dans le jardin de ma copine. Oh ! Et puis, bien sûr, je leur ai dit que ça ne me posait aucun problème qu’ils me prennent comme amuse-gueule. De toute façon, garder ses organes sur soi est totalement ringard, non?

Malgré un démarrage assez long, nécessaire cela dit pour bien comprendre les choses, j’ai tout de suite été conquise par l’univers et les personnages. Pour tout vous dire, j’ai été agréablement surprise par la façon dont l’auteure a tourné son roman, je ne m’attendais pas à ça :  je m’attendais tout simplement à la banale histoire de zombies issus d’un virus qui envahit la ville, etc. Eh bien, je suis très heureuse que ce soit tourné autrement, ça change un peu.

L’intrigue commence lentement comme je le dis plus haut, mais sûrement. On nous pose les éléments essentiels avec beaucoup de mystère, ce qui nous pousse à continuer notre lecture. J’ai tout de suite voulu savoir où tout cela allait mener Alice. D’ailleurs en parlant d’Alice, on pourrait croire que c’est une réécriture de contes tournée façon horreur étant donné le titre, mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, le conte n’a rien à voir ici. Si l’héroïne s’appelle Alice et qu’il y a quelques clins d’œil au conte parfois, les similarités s’arrêtent là. Ce tome porte essentiellement sur le deuil, puisqu’Alice perd ses parents et sa sœur. Donc elle doit à la fois affronter son chagrin et se remettre en question face à certains événements.

Pour ce qui est des personnages, commençons par Alice. Elle n’a vraiment rien à voir avec la Alice des contes. Ici, elle est très grande, à une grande bouche et ne se laisse pas vraiment faire. Bon sur ce point les deux se rejoignent. Je me suis beaucoup attachée à elle dans ce tome. Cole, quant à lui, m’a intriguée dès lors de son arrivé dans l’histoire. Même si au départ il m’a fait un peu peur, je l’avoue. J’étais vraiment pressée de découvrir quel mystère il cachait derrière ses beaux yeux violets. J’ai d’ailleurs su qu’il était particulier grâce à leur couleur.

Cela dit, même si j’ai beaucoup aimé l’univers proposé par Gena Showalter, j’ai été légèrement plus conquise par l’histoire d’amour d’Alice et de Cole. J’ai vraiment hâte de découvrir ce que l’on nous réserve pour la suite !

Lux, tome 3 : Opale de Jennifer L. Armentrout

lux-tome-3-opale-813941-250-400

fiche-technique

Titre : Lux, tome 3 : Opale

Auteur : Jennifer L. Armentrout

Genre : Fantastique, Jeunesse

Maison d’édition- collection : J’ai lu

Date de parution : 21/09/2016

Nombre de pages : 441 pages

Nombre de tomes : 5 ( 3 de sortis en France )

Prix : 13.90 €

résumé

Si elle a été sauvée in extremis par les pouvoirs de Daemon, Katy n’est désormais plus tout à fait la même. Et il lui faudra du temps pour apprivoiser sa nouvelle nature. Néanmoins, la communauté des Luxens a des problèmes plus urgents à régler dans l’immédiat : un deuil qui fait dissension, le retour inattendu de Dawson, et la recherche d’un plan visant à tromper la surveillance de la Défense. Par ailleurs, une menace bien pire que la présence des Arums semble peser sur eux : « le Dédale ». Si cette organisation découvre ce dont Daemon et Katy sont capables, ils sont perdus…

note

4

mon-avis

j'ai lu

Pour lui-même, par contre, il commanda trois hamburgers et deux sachets de frites. Je ne comprenais pas ce qu’il faisait de toutes ces calories. Elles grossissaient son égo, peut-être ? Après ce qu’il venait de me dire sur ses baisers, ça ne m’aurait pas étonnée.

Δ Ne pas lire si, si vous n’avez pas lu les deux premiers tomes, puisque j’en parle un peu. 

J’attendais avec impatience ce troisième tome , parce que vu la fin du tome 2, j’étais surexcitée ! Contrairement aux autres tomes, ce n’est pas un coup de cœur. Ce n’est pas non plus une déception, loin de là. Je le classerais plutôt dans les très bonnes lectures.

C’est avec un démarrage assez long que l’on commence ce troisième tome. Il ne se passe rien de très spécial avec le retour de Dawson, pourtant j’aurais cru qu’on en apprendrait déjà pas mal, que ce nouveau personnage nous en dirait plus sur le Dédale, etc. Mais ce n’est que beaucoup plus tard qu’on apprend certaines choses et pas de la bouche de l’intéressé, c’est ce qui m’a un peu déçue. Bon, rien de bien méchant, mais il faut quand même attendre la bonne moitié du livre pour arriver à l’action, comme on la connait dans la saga. Malgré ce petit bémol, l’histoire est toujours intéressante. L’auteure nous laisse une petite part de mystère. Je me suis rendu compte que, dans les tomes précédents, on apprend assez tôt à quoi sert la pierre précieuse, donc l’obsidienne et l’onyx, mais ici on apprend l’utilité de l’opale qu’aux 3/4 du livre, et on en ignore encore beaucoup  puisque l’on nous lâche quelques infos mais sans plus.

J’ai adoré retrouver Katy, et surtout Daemon ! On ne se le cache pas, il nous met dans tous nos états. D’ailleurs, en parlant de nos deux tourtereaux, je disais dans ma chronique du tome 2 qu’on ne savait pas vraiment s’ils étaient ensemble et bien maintenant, ça ne fait plus aucun doute. Et puis, ce troisième tome est surtout axé sur leur relation, je vous laisse le découvrir pleinement. Dee est beaucoup moins présent dans ce tome-ci, elle m’a beaucoup manqué.  Quant à Dawson, j’ai appris à le connaître avec un peu de mal au début puisqu’il est très renfermé, torturé, mais je l’apprécie tout autant que j’apprécie Daemon ; ils sont très différents, cela dit. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure a inséré de nouveaux personnages-clés dans son roman, ça nous donne de la nouveauté et l’occasion d’en apprendre plus sur nos amis les extraterrestres.

Cependant, attendez-vous à une fin explosive qui va faire battre votre cœur à presque le faire exploser ! J’étais folle de rage, mon Dieu, mais pourquoi ça encore une fois ?! Jennifer L. Armentrout veut nous torturer, ce n’est pas possible ! Je suis allée jeter un coup d’œil sur Booknode et j’ai appris que la suite sortirait le 16 Novembre 2016 en France, alors je suis super excitée. Lorsque j’écris cette chronique, la rage a laissé place à la tristesse et j’en ai les larmes aux yeux. Accrochez-vous les amis parce que la suite va décoiffer.

Si vous l’avez lu, je vous invite à m’en dire des nouvelles.

La cité des Ténèbres, tome 1 : La coupe mortelle / The mortal instruments, tome 1 : La cité des ténèbres de Cassandra Clare

the mortal instruments

fiche-technique

Titre : La cité des ténèbres, tome 1 : La coupe mortelle / The mortal instruments, tome 1 : la cité des ténèbres

Auteur : Cassandra Clare

Genre : Jeunesse, Fantastique

Maison d’édition- collection : Pocket – Jeunesse

Date de parution : 06/06/2013

Nombre de pages : 570

Nombre de tomes : 6

Prix : 18.15 €

résumé

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d’un seul coup! Mais le pire reste à venir. Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres. Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

note

4

mon-avis

pocket jeunesse

– Qu’est-ce que c’est que ça ? demanda Alec en dévisageant tour à tour Clary et ses compagnons.
– C’est une fille, répondit Jace, une fois revenu de sa surprise. Tu as forcément déjà vu une fille avant, Alec. Ta sœur Isabelle en est une.

Cela fait des années que je garde « The mortal instruments » dans ma PAL, à chaque fois je repoussais ma lectureHum oui, je le fais souvent 😮 et pourtant, j’avais très envie de le lire. J’ai donc vu le film pour commencer, j’avais quelque peu apprécié mais sans plus, je m’étais ensuite décidée à lire le tome 1 sauf que j’ai encore repoussé sa lecture. J’ai aussi regardé la série, que j’adore et dont j’attends la suite avec impatience, et c’est à ce moment-là que je me suis décidée à lire le premier tome de la saga, bien que maintenant je connaisse l’histoire par cœur. Je me suis quand même dit qu’il devait y avoir certains passages qui n’était pas fidèle au roman et j’avais vu juste. Enfin bref, il y a quelque chose que je n’ai pas compris et que je ne comprends toujours pas : pourquoi le roman comporte-t-il deux titres ? Surtout que « La cité des ténèbres : la coupe mortelle » n’apparaît pas sur la couverture. Si vous vous savez, je vous en prie, je suis toute ouïe.

Pour en venir au contenu, je pense que j’aurais pu être surprise, si je ne connaissais pas déjà la trame de l’histoire. Tout de même, j’ai aimé découvrir les passages qui n’étaient pas dans le film ou dans la série ; je dois dire que le film est différent de la série, qui elle-même est très différente du roman. Cependant, j’ai mieux cerné l’univers très sombre de The mortal instruments dans le roman, il faut dire que c’est tellement mieux, il y a la description mais aussi la narration qui y est pour quelque chose, mais surtout, on sait ce que le personnage ressent. Enfin pour en revenir au fait que j’ai beaucoup aimé découvrir ces passages, je ne connaissais pas cette partie de l’histoire et c’est ce qui m’a le plus plu. La plume de l’auteur est très belle à lire, sans prise de tête.

Au niveau des personnages, je vais commencer par Simon, auquel je me suis beaucoup attachée dans la série, tout simplement je l’adore. Il est toujours plein de bonté et d’humour, il m’a beaucoup fait rire d’ailleurs et je dirais même que c’est lui qui donne un peu de lumière dans cet univers assez sombre. Il est toujours prêt à aider Clary, même si celle-ci se sert limite de lui et qu’elle lui adresse la parole seulement quand elle a besoin d’un service. Oui, j’ai beaucoup détesté Clary dans le roman, j’y viens, j’y viens ! Au premier abord, Clary est une jeune adolescente plutôt gentille avec une dose d’humour, elle était très proche de Simon, ils ont toujours été fourrés ensemble depuis leur plus jeune âge, jusqu’à ce qu’elle rencontre Jace et qu’elle délaisse limite son meilleur ami. Elle va d’ailleurs le laisser de côté pendant une bonne partie du roman jusqu’à ce qu’elle ait besoin de lui. Tout comme Simon, j’aime beaucoup Jace, ce « bad boy » au passé douloureux, un écorché de la vie quoi, c’est ce qui fait son charme, du moins en partie. Je ne vais pas parler d’Isabelle que j’adore à 100 % et d’Alec Lightwood tout simplement parce qu’on n’apprend pas réellement à les connaître dans ce tome, du moins, pas personnellement, on entend seulement des rumeurs sur leurs parents. J’espère donc qu’on en saura beaucoup plus dans les prochains tomes.

En tout cas, je ne vais lire pas lire immédiatement la suite. Cependant, je compte le faire tout naturellement puisque j’apprécie beaucoup cette saga, que je vous recommande particulièrement, et puis si vous avez l’occasion de regarder la série, je vous la conseille.

Miss Pérégrine et les enfants particuliers, tome 1 de Ransom Riggs

Miss pérégrine et les enfants particuliers

fiche-technique

Titre : Miss Pérégrine et les enfants particuliers, tome 1

Auteur : Ransom Riggs

Genre : Jeunesse, Fantastique

Maison d’édition- collection : Bayard-Jeunesse

Date de parution : 31/05/2012

Nombre de pages : 438

Nombre de tomes : 3

Prix : 15.90 €

résumé

Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé un partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ». Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse…

note

3

mon-avis

bayard

On s’accroche à nos contes de fées jusqu’à ce que le prix de nos croyances devienne trop exorbitant.

Miss Pérégrine et les enfants particuliers est un roman à la fois palpitant et intrigant. Malgré un démarrage plus ou moins long, on s’attache presque instantanément aux personnages, que ce soit Jacob, son grand père ou les enfants particuliers. Cependant, je n’ai pas du tout adhéré avec les personnages jouant le rôle des parents de Jacob, ils sont trop secondaires à mon goût et sont ternes. [Spoiler: surligner si jamais vous voulez voir] →  J’ai également eu un problème avec le psy de Jacob qui est particulièrement trop secondaire pour devenir l’un des personnages clés de l’histoire. J’ai bien aimé que le récit soit accompagné de photos illustrant certains personnages ou certains événements. Cela permet d’imaginer le récit tel que l’auteur voulait le montrer, c’est vrai que, parfois, on peut s’imaginer certaines choses à notre manière et être carrément à côté de la plaque, alors je trouve que ces photos nous aident énormément. En parlant de graphisme, je tenais à dire que j’avais vraiment aimé la présentation du livre, que ce soit au niveau des photographies proposées ou même de la présentations des chapitres.

Il y avait bien longtemps que ce livre traînait dans ma PAL, 1 ou 2 ans environ. C’est en voyant la bande annonce du film que j’ai décidé de me lancer. J’en attendais donc énormément mais à ma grande déception, j’ai remarqué que le film avait été modifié et amélioré. Comme je le disais plus haut, l’intrigue évolue très lentement et il n’y a pas énormément d’action durant la première moitié du bouquin, toutefois je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Je ne sais pas vous mais moi, la couverture de ce livre me donne la chair de poule ! Cette ambiance glauque due à la photo en noir et blanc combinée à cette petite fille, c’est assez inquiétant. Pour dire un mot sur la fin, je n’ai pas vraiment compris pourquoi l’histoire a été terminée de cette manière. Ce que je veux dire, c’est que pour moi la dernière phrase ne fait pas office de fin.

Bien que j’aie cité pas mal de points négatifs, j’ai apprécié ma lecture et c’est sans hésitation que je lirai la suite, puisque je suis intriguée et curieuse de connaître comment la suite va évoluer. Je recommande à tous les fans de fantastique de se lancer si ce n’est pas déjà fait.

Apocalypse Z, tome 3 : La colère des justes de Manel Loureiro

 

apocalypse z 3

fiche-technique

Titre : Apocalypse Z, tome 3 : la colère des justes

Auteur : Manel Loureiro

Genre : Horreur, Fantastique

Maison d’édition : Eclipse

Date de parution : 19/11/2014

Nombre de page : 400

Nombre de tome : 3

Prix : 14.00 €

résumé

Une terrible épidémie a balayé la planète entière, ne laissant que des hordes de morts-vivants qui pourchassent inlassablement les derniers humains. L’heure de l’Apocalypse semble bel et bien avoir sonné. Un avocat espagnol, sa compagne Lucia et leur ami Viktor Pritchenko fuient les îles Canaries et sont sauvés par l’équipage d’un pétrolier. L’Ithaque les ramène dans la ville de Gulfport, au Mississippi, où une colonie de survivants s’est installée. Mais les naufragés n’y trouvent qu’une dictature fondamentaliste et raciste… Dans ce monde en proie au chaos, l’horreur prend bien des visages. Mais les impurs et les corrompus subiront bientôt la colère des Justes…

note

3

mon-avis

Panini books

 — Le moment qu’on redoutait – et espérait – est arrivé. Les descentes sont de pire en pire. Les Gardes verts nous traitent comme des agneaux sacrificiels. On ne peut pas supporter ça plus longtemps. On doit agir maintenant.

Comme je l’avais fait remarquer pour le tome 2, un rappel est fait sur le tome précédent sauf qu’ici, c’est un résumé regroupant les deux premiers tomes et raconté par notre Avocat. Dans ce tome, l’avocat et ses amis ont fui les Îles Canaries. Alors qu’ils sont en pleine tempête sur l’océan à bord d’un voilier, ils sont sauvés par l’équipage d’un pétrolier nommé Ithaque et autant vous dire qu’à partir de là, je me suis demandé sur quels tarés ils étaient encore tombés ! Rassurez-vous, on l’apprend bien assez tôt.

Si dans le second tome, il y avait moins de suspens ou d’action, ce tome-ci en regorge ! Cependant, les longueurs sont toujours présentes et quoique ce roman ne fasse que 400 pages, j’avais l’impression de ne pas avancer et de lire un roman de 1400 pages ! On découvre une nouvelle bande de survivants vraiment tarés qui sont des fanatiques de Dieu, enfin je dirais plutôt que ça ressemble à une sorte de secte, mélangée au régime d’Hitler, puisque la Garde verte se surnomme « les Aryens » et qu’ils utilisent toute personne n’ayant pas la peau blanche pour faire le sale boulot et combattre les zombies pour ensuite les déporter à bord d’un train. Nous avons quelques réponses concernant le Tsj, donc sur sa création, sa propagation, etc. J’ai eu beaucoup de sueurs froides durant la lecture, je savais que quelque chose clochait mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus, car l’auteur a très bien su le cacher. Durant les deux premiers tomes, le nom de notre personnage principal, l’avocat, était resté secret et bien figurez-vous qu’au dernier chapitre il nous est révélé et j’ai été surprise ! En tout cas, c’est une merveilleuse fin à la fois heureuse et triste.