Violentée de Cathy Glass

violentee-319494

fiche-technique

Titre : Violentée

Auteur :  Cathy Glass

Genre :  Témoignage

Maison d’édition : France Loisir

Date de parution : 13/03/2013

Nombre de page : 352

Nombre de tome : 2

Prix : 7,65 euros

résumé
Lorsque Cathy Glass, mère d’accueil, se voit confier la garde de Jodie, une petite fille de 8 ans, elle ignore encore qu’elle va affronter le cas le plus difficile de sa carrière.
Jodie, particulièrement violente envers elle-même et son entourage, a le niveau mental d’une enfant de 4 ans et souffre d’un trouble de dédoublement de la personnalité : apparaissent fréquemment une fillette de 2 ans, Amy, et un homme particulièrement cruel, Reg.
Quelles atrocités ses parents ont-ils bien pu lui faire subir pour la détruire à ce point ? Sa mère d’accueil va découvrir l’horreur absolue qui empêchait la petite fille de s’ouvrir.
Petit à petit, à force de persévérance et de gentillesse, Cathy va réussir à obtenir la confiance de Jodie, qui finira par se confier à elle. Elle retrouvera la joie de vivre et l’innocence qu’elle n’aurait jamais dû perdre.

note

5

mon-avis

France Loisirs

 » Quand j’irais mieux je pourrai venir vivre chez toi ? Tu voudrais être ma nouvelle maman ? Je ne veux plus de l’ancienne. Bisous Jodie »

Mon dieu, comme ma lecture m’a émue !

Je pense que c’est ma lecture la plus émouvante de toutes !

Un début de livre qui nous explique la situation de la petite Jodie, 8 ans, qui a vécu un calvaire avec ses parents, on continue par la suite avec des explications sur la vie de Cathy, comment et pourquoi elle est devenue assistante familiale, comment sa famille l’a vécu et dans quel but et pourquoi les enfants arrivent chez elle ?

A son arrivée, Jodie paraît être une petite fille timide et très directive, colérique, pas très attachante.

Mais en réalité, qui est donc Jodie?

Une fillette de 8 ans sans éducation, impolie pour qui les choses banales de la vie d’une enfant de cet âge paraissent difficiles à accomplir, une enfant qui manque d’amour et ne sait ni le recevoir ni le donner. Sait-elle simplement ce qu’est l’amour ?

Jodie est comparée par la famille de Cathy à Chucky la poupée diabolique et possédée. Je pense que juste avec cette comparaison, on voit à quel point Jodie est une fille dérangée et horrible.

Jodie n’a pas le sens de la douleur et ne sait d’ailleurs pas ce que c’est. Elle s’inflige des blessure volontaires qui ne manquent pas d’affoler Cathy, qui est à mon goût un peu trop laxiste avec notre petite Jodie.

Comme Reese, Jodie est une enfant peu attachante au début, mais lorsque l’on apprend par la suite sa réelle histoire, les violences sexuelles subies par son père, son oncle, sa mère, sa tante et ses deux grand-pères, on s’attache tout de suite beaucoup à cette petite et on n’a qu’une seule envie : la  protéger le plus possible de ces horribles gens qui n’ont aucun remord après lui avoir volé son innocence et son enfance.

A la fin, alors qu’on pensait que Jodie détestait réellement Cathy, on découvre après son départ que son rêve est de revenir habiter chez elle dès qu’elle ira mieux.

J’ai été très émue durant ma lecture, je suis passée par tellement d’émotions, certains passages m’ont carrément fait pleurer.

Pour conclure cette longue chronique qui aurait pu faire des pages et des pages tellement j’ai de choses à dire sur ce bouquin, je dirai que c’est un énorme coup de coeur, j’en suis carrément tombée amoureuse et j’aurais pu le lire une centaine de fois sans m’arrêter.

Je le recommande cent fois ainsi que Ne dis rien de la même auteure.

Marked Men tome 1 : Rule de Jay Crownover

Marked men

fiche-technique

Titre : Marked men, tome 1 : Rule

Auteur : Jay Crownover

Genre :  Romance, Contemporaine

Maison d’édition-Collection : Hugo Roman-Collection new romance

Date de parution : 03/03/2016

Nombre de pages : 440

Nombre de tomes : 6

Prix : 17.00 €

résumé

Rule est la première saison d’une série passionnante sur l’univers du tatouage et du métal.

Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des piercings et les cheveux de toutes les couleurs.
Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?

L’ambiance de cette série est celle d’un salon de tatouage, de concerts de métal, le tout agrémenté de délires de colocataires et de virées dans leur ville natale.

note

5

 

mon-avis

hugo romanJ’ai un ex taré qui me suit et me harcèle ; ça me pourrit la vie. Mes parents sont persuadés que je devrais l’épouser et déménager à Cherry Hills. Rule le déteste et il y a de fortes chances que s’il continue, Rule l’assassine, ce qui ne fait qu’empirer des choses déjà très compliquées. J’ai dans l’idée que si tu avais été là, tu aurais vu la pourriture à travers le vernis de Gabe et je ne me serais jamais retrouvée dans cette situation. Ça me manque que tu ne sois plus là pour me protéger de moi-même. Ton frère ne pense qu’à me garder en sécurité et je crois sincèrement que c’est important pour lui. Mais il est tellement occupé à me protéger des autres, y compris de lui, que je crois qu’il ne voit pas que je peux être ma pire ennemie. Il n’arrête pas de parler du fait qu’il peut tout foutre en l’air entre nous et je n’ose pas lui dire qu’il ne pourra jamais assez merder pour que j’arrête de l’aimer. C’est fort probable que, comme tout le monde, il finisse par voir que ce que j’ai à offrir n’est pas si génial et que je veux plus que ce que je peux donner. C’est tellement tordu et compliqué que je suis déjà surprise qu’on en soit arrivés là.

Avant de commencer, je tiens à dire qu’en premier temps, avant de l’acheter, j’ai complètement fondu face à la couverture qui m’a attirée comme un aimant. J’avais entendu énormément de bien sur ce bouquin ! Personnellement, je m’attendais à quelque chose de bien lourd, du genre de After, mais alors ce n’est absolument pas ça, bien que Rule soit assez torturé, c’est une personne bien, il n’est pas aussi cruel que Hardin même si celui-ci a un bon fond. Bref, on n’est pas là pour parler de Hardin mais plutôt de Rule. C’est quelqu’un d’original et de tellement gentil, même s’il a des sautes d’humeur et qu’il pique une crise au moindre petit problème. Mais au fond de lui, il cache quelqu’un de blessé qui a perdu quelqu’un de cher et qui, à cause de cela, n’est pas vraiment accepté par sa famille, du moins par sa mère, qui remet la faute sur lui et ne l’accepte pas tel qu’il est, c’est-à-dire percé et tatoué des pieds à la tête sans aucune  exception… Hmm oui les filles, sans aucune exception alors accrochez-vous bien. J’adore Shaw, qui est une fille à laquelle on peut facilement s’identifier, elle compatit beaucoup avec les problèmes des autres et les aide tout le temps à les régler bien avant de s’occuper de ses propres problèmes. Shaw vient d’une famille extrêmement riche qui ne vit que pour le paraître et pour l’opinion des gens, ils ne l’ont jamais acceptée telle qu’elle était également. Elle a toujours dû se démener pour être bien aux yeux de ses parents mais cela n’a pas changé grand chose. Elle s’est donc réfugiée chez les Archer qui l’ont acceptée comme leur propre fille et depuis ses 14 ans, elle est amoureuse de Rule, enfin voilà leur petite histoire.

L’histoire est tellement addictive, c’est un livre qui est rapide à lire et dont on ne se détache pas facilement ! Je m’attendais énormément à ce que ce soit strictement basé sur du sexe avec une histoire compliquée au milieu de tout ça, un peu à la After mais pas du tout, c’est tellement léger et beaucoup plus basé sur l’histoire d’amour et l’amélioration de la personnalité de Rule. Enfin pas exactement, c’est plutôt que Rule doit apprendre à aimer et être aimé, et lutter pour reconstruire sa famille brisée. J’ai passé de très bons moments, que ce soit avec Shaw ou Rule, au charme duquel j’avoue avoir succombé, il faut dire qu’il sait y faire !

Dans le premier tome de cette saga, on retrouve l’histoire de Rule. On fait également connaissance avec sa bande de potes, les autres tomes leur sont consacrés, le tome 2 parlera de l’histoire d’un dénommé Jet dont vous ferez brièvement la connaissance ainsi que de Ayden la meilleure amie de Shaw, j’ai vraiment hâte de les découvrir un peu plus. Le tome 3 sera consacré à Rome, le frère de Rule. Le tome 4, à Nash le meilleur ami de Rule, qui est vraiment très charmant ! Le tome 5 à Rowdy, qui fait partie de la bande de Rule aussi mais dont on ne parle pas trop dans le premier tome, j’ai donc hâte de faire sa connaissance. Le tome 6 va parler de Asa que je ne connais absolument pas donc ça m’intrigue encore plus ! Un conseil, lancez-vous, je vous jure que vous apprécierez énormément !

Coeurs brisés, têtes coupées de Robyn Schneider

 

fiche-technique

Titre : Coeurs brisés, têtes coupées

Auteur : Robyn Schneider

Genre : Jeunesse

Maison d’édition : Gallimard

Date de parution : 10/10/2013

Nombre de pages : 291 pages

Nombre de tomes : 1

Prix : 16.90 €

résumé

Ezra Faulkner est beau, champion de tennis et appartient à la clique branchée de son lycée. Mais, un soir d’été, sa vie bascule : il est victime d’un grave accident de voiture. Après une longue convalescence, il retourne au lycée, physiquement et moralement atteint. Son année de Terminale ne se passera pas tout à fait comme prévu. Ezra intègre la joyeuse bande des « parias ». Parmi eux, il y a une nouvelle, excentrique et fascinante : Cassidy Thorpe. Ezra est amoureux mais leur histoire est impossible : Cassidy a un terrible secret.

note

3

mon-avis

Je ne me rappelle plus vraiment pourquoi j’avais initialement choisi de lire ce livre. Je n’avais rien à perdre, étant donné qu’il s’agissait d’un emprunt à la bibliothèque. Je suis d’ailleurs contente de ne pas l’avoir acheté, car ce livre m’a laissé une impression mitigée. Loin d’avoir détesté, je n’ai pas accroché plus que ça.

Le narrateur est un jeune homme en terminale, Ezra Faulkner. Beau et sportif, il avait l’habitude de faire partie de la bande populaire de son lycée jusqu’au jour où un accident de voiture l’oblige à utiliser une canne pour se déplacer. Fini le sport, fini la bande de potes, il ne se sent désormais plus à sa place parmi eux. Il choisit de faire partie de l’équipe de débat du lycée, il renoue avec son ancien meilleur ami Toby auquel il n’avait pas parlé depuis une éternité et il fait la rencontre de la nouvelle élève un peu bizarre, Cassidy Thorpe. Il déjeune maintenant à la table des « losers ». Le postulat de départ me plaisait beaucoup : assister à la dégringolade d’un populaire de lycée, le voir apprendre à se faire à nouveau des amis  et changer d’avis sur ses anciens potes. Ce n’est pas vraiment ce que j’ai trouvé dans ce livre, car cet aspect n’est pas plus développé que ça, Toby et l’équipe de débat accepte Ezra plutôt facilement. J’aurais apprécié que l’auteure se penche un peu sur ce côté de l’histoire, qu’elle nous livre plus de détails sur les changements que subit le jeune homme. J’ai cependant aimé le fait qu’il se rende compte que ces anciens amis n’en étaient pas vraiment, qu’il les voit sous un jour nouveau. Ce qui est au centre du roman selon moi, c’est la relation entre Ezra et Cassidy. Elle m’a plutôt plu car ce n’était pas une histoire idéale, pas une romance comme on en trouve beaucoup dans les romans pour ados. Les deux jeunes ne sont pas parfaits non plus, ils sont attachants à leur manière, mais on sent qu’ils se cherchent encore et ne sont peut-être pas faits pour être ensemble. Je ne comprenais pas forcément certains choix d’Ezra ; Cassidy m’a souvent agacée, j’avais l’impression qu’elle se forçait à jouer à l’originale, mais ce sont ces défauts qui apportaient de l’intérêt à leur histoire.

D’une manière générale, l’auteure a fait des choix stylistiques peu communs aux romans pour ados, un humour assez piquant (ce n’est pas le mot exact, mais je n’en trouve pas de plus approprié), le choix d’un narrateur masculin pour un livre de ce genre, des références sympathiques. Malheureusement, la phase de découverte entre Ezra et Cassidy passée, beaucoup des événements qui surviennent sont prévisibles, on s’attend également à la révélation clé. De plus, j’ai beau avoir fini ce livre il y a quelques jours, j’ai déjà du mal à me souvenir clairement de la fin, ce n’est donc pas un roman qui restera gravé dans ma mémoire.

Difficile de conseiller ou de déconseiller cette lecture, je dirais simplement que s’il vous tentait au départ, lancez-vous, mais sinon, je pense que vous pouvez passer votre chemin.

Cette chronique figure également sur le blog foxyreader

Central Park de Guillaume Musso

central park

fiche-technique

Titre : Central Park

Auteur : Guillaume Musso

Genre :  Thriller, Contemporaine

Maison d’édition-Collection : Edition Pocket

Date de parution : 26/03/2015

Nombre de pages : 443

Nombre de tomes : 1

Prix : 8.00 €

résumé

Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière… pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier. New York, huit heures du matin. Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin. Impossible ? Et pourtant… Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D’où provient le sang qui tache le chemisier d’Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ? Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n’ont pas d’autre choix que de faire équipe. La vérité qu’ils vont découvrir va bouleverser leur existence…

note

4

 

mon-avis

pocket Il y a des moments dans l’existence où une porte s’ouvre et où votre vie dérape dans la lumière. De rares instants où quelque chose se déverrouille en vous. Vous flottez en apesanteur, vous filez sur une autoroute sans radar. Les choix deviennent limpides, les réponses remplacent les questions, la peur cède la place à l’amour. Il faut avoir connu ces moments. Ils durent rarement.

Vous vous imaginez vous réveiller dans une forêt, menottée à un inconnu, avec un chemisier maculé de sang et un revolver qui n’est pas à vous dans votre veste, qui plus est un inconnu vous ne connaissez ni d’Eve ni d’Adam, sachant que la veille l’un était avec des amies au Champs-Elysée et l’autre à Dublin ? Non ? Eh bien, c’est ce qui arrive à Alice et Gabriel et en plus, ils se réveillent à Central Park dans New York, sans aucun souvenir de comment s’est terminée leur soirée ! Alors autant vous dire que j’ai voulu savoir comment ils en sont arrivés là, ce qu’ils ont pu faire et surtout, qui en a après eux ! En tout cas, celui qui a fait ça est vraiment tordu, d’après ce que je viens de vous dire on ne dirait pas vraiment, mais vous ne savez pas tout, on en apprend des vertes et des pas mûres !

C’est le premier livre de Guillaume Musso que j’ai pu lire et je ne suis pas déçue, reste à voir dans ses autres romans, mais dans celui-ci, on a de l’action et du suspens à la demande et l’auteur sait faire en sorte que le lecteur soit complètement addict. Que ce soit au niveau des personnages ou de l’écriture, rien n’est à critiquer. J’ai longtemps repoussé la lecture de « Central Park », ayant un peu d’appréhension quant à l’auteur dont je n’avais lu aucun livre jusqu’à présent et je le regrette, je n’aurais pas dû repousser « Central Park » encore et encore et m’y lancer il y a bien longtemps.

Le petit plus qui est fort agréable, je trouve, sont les citations d’auteurs ainsi que de philosophes et de personnes ayant marqué l’Histoire, je présume puisque je ne les connais pas tous, en dessous de chaque titre de chapitre.

Et franchement j’ai été bluffée, je ne m’attendais pas à ce que cela ce termine de cette manière. Bravo à Guillaume Musso !

La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

 

fiche-technique

Titre : La couleur des sentiments

Auteur : Kathryn Stockett

Genre : Historique

Maison d’édition : Babel

Date de parution : 01/01/2012

Nombre de pages : 608 pages

Nombre de tomes : 1

Prix : 9.70 €

résumé

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

note

4

mon-avis

J’ai vu le film il y a quelques années, à sa sortie. J’avais vraiment adoré l’histoire, intéressante et très touchante ; cela avait été un réel coup de cœur. Ayant trouvé la version poche du roman en occasion (dans la magnifique édition « Babel »), je n’avais aucune excuse pour ne pas le lire. Après l’avoir laissé mariner un moment dans ma PàL, j’ai enfin commencé ma lecture ; je me suis laissée porter par cette histoire.

Pour résumer le début de l’histoire en quelques lignes, je dirais simplement qu’il s’agit de l’histoire de trois femmes, Aibileen, Skeeter et Minny, qui vivent dans le Mississipi dans les années 60. Skeeter, jeune fille qui vit encore sur la plantation de ses parents, rêve de devenir écrivain. Elle décroche un job au journal de la ville qui consiste en la rédaction d’une chronique sur le ménage. Elle demande conseil à Aibileen, la bonne de l’une de ses amies. Au fil du temps, Skeeter nourrit le projet fou d’interroger celle-ci sur son travail auprès des familles blanches. Malgré le danger, Aibileen finit par accepter. Minny, de son côté, doit se trouver une nouvelle place et cela même si Miss Hilly, fille de son ancienne employeuse et amie de Skeeter, crie partout haut et fort qu’elle est une voleuse. Le roman fait parler à la première personne les trois femmes tour à tour. J’ai beaucoup aimé cet aspect, c’est toujours agréable d’avoir différents points de vue sur une histoire. L’auteure elle-même dit d’ailleurs qu’il a été difficile pour elle d’écrire les pensées de bonnes (elle a eu une lorsqu’elle était enfant). Je trouve qu’elle nous livre là un récit touchant à trois voix. D’une manière générale, le sujet est très intéressant, que ce soit le fil conducteur du récit – l’écriture du livre de Skeeter – ou les différentes anecdotes que la bonne va lui raconter. Le fait qu’il y ait à la fois Aibileen et Minny permet d’avoir deux types de caractère représentés du côté des bonnes. Skeeter, quant à elle, est au départ surtout là pour leur donner la parole, mais l’auteure développe son personnage peu à peu, montrant à quel point il est aussi difficile pour elle de défendre la cause des bonnes, même si elle s’efforce de se cacher. J’ai d’ailleurs apprécié que les témoignages de celles-ci ne soient pas tous négatifs, que l’on évite le schéma manichéen des gentilles bonnes contre les méchants employeurs. Même Miss Hilly, que l’on ne peut que difficilement apprécier, se voit accorder une qualité : elle aime ses enfants et s’occupe d’eux, alors que Miss Leefolt, qui ne semble pas foncièrement méchante, ne porte presque aucune attention à sa fille. Ce qui peut être vu comme un petit point négatif, c’est que certains personnages tirent un peu vers le cliché, sont moins développés.

En ce qui concerne son style, l’auteure a totalement su me convaincre. J’étais tout d’abord un peu effrayée devant le pavé qui m’attendait, mais, à peine les premières pages tournées, j’ai été happée par l’histoire (dont je connaissais pourtant déjà les grandes lignes). Impossible pour moi de lâcher ce livre, je l’ai dévoré à une vitesse record ! Je souligne également que le style change selon la femme qui est censée s’exprimer, cela permet de s’imprégner encore plus du caractère des personnages.

Je ne peux que recommander ce livre, même si vous avez vu le film, cela ne gâchera absolument pas votre lecture !

Cette chronique figure également sur le blog foxyreader

Red rising tome 1 de Pierce Brown

red rising

fiche-technique

Titre : Red rising tome 1

Auteur : Pierce Brown

Genre :  Science-fiction , Jeunesse

Maison d’édition-Collection : Hachette Roman

Date de parution : 17/06/2015

Nombre de pages : 480

Nombre de tomes : 3

Prix : 18.00 €

résumé

« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir. Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature. Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

note

4

mon-avis

hachette romans

Il a échoué. Et comme tout tyran qui a perdu une guerre, il se tourne alors vers son propre royaume.

Au départ, j’ai eu un peu de mal à me situer : où se trouve-t-on ? Sur Mars ou sur la lune ? Les maisons (Jupiter, Apollon , Mars et les autres), qui ont l’air d’être sur une même planète, où sont-elles situées ? La réponse à la dernière question arrive un peu tard je dois dire, mais c’est normal puisque c’est un camp d’entrainement destiné aux Ors et que Darrow est un Rouge.

Bon alors, les humains vivent sur Terre et sur la Lune et, en fait, les Rouges (placés tout en bas de la hiérarchie et de la société, ce sont des ouvriers non spécialisés qui sont affectés aux travaux manuels et aux tâches en conditions difficiles, notamment le travail à la mine pour les hommes et le travail à la Toilerie pour les femmes, qui consiste à ramasser la soie) doivent préparer les terrains dans des mines pour extraire l’hélium 3 de la terre (puisqu’il faut savoir que les Rouges vivent sous terre) et rendre la vie possible à la surface de Mars. En gros, ce sont eux qui font le sale boulot pour permettre aux autres Couleurs de venir « vivre en paix » sur Mars.

Par contre, ce retournement de situation, wahouuuuu ! Je n’avais pas lu le résumé sur la quatrième de couverture, je m’attendais à tout sauf à ça ! Et heureusement que ce retournement de situation est là, car je ne me voyais tout simplement pas continuer l’histoire au même endroit que celui du début, ni avec les mêmes personnages …

C’est quand même un livre très long à lire, il y a des longueurs qui paraissent totalement interminables et qui m’ont parfois ennuyée et pourtant l’histoire est géniale. En tout cas, j’ai adoré Darrow qui est si déterminé à détruire ceux qui lui ont tout pris. Voilà, je n’en dirais pas plus au risque de m’étaler un peu trop et de spoiler !

#26 C’est Lundi que lisez-vous ?

ce-lundi

Ce rendez-vous à été créer par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Ce rendez-vous à été repris par Galleane

Le principe est très simple, chaque Lundi il suffit de réponde à 3 questions :

  • Qu’ai-je lu la semaine dernière ?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

C’est donc partie pour ce « c’est Lundi que lisez-vous ? »


Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

 

red rising


Ce que je lis en ce moment ?

central park


Ce que je vais lire ensuite ?

Marked men


Eh voilà, c’est terminer pour ce  « C’est Lundi que lisez-vous ? », on se retrouve très bientôt sur le blog, j’espère que cela vous plait 🙂

Écoute-là de Sarah Dessen

 

fiche-technique

Titre : Écoute-là

Auteur : Sarah Dessen

Genre : Jeunesse, Romance

Maison d’édition : Pocket Jeunesse

Date de parution : 07/06/2007

Nombre de pages : 381 pages

Nombre de tomes : 1

Prix : 17.24 €

résumé

Annabelle a tout pour être la star du lycée. Première de la classe, aimée par ses parents et… mannequin, la jeune fille se sent pourtant désespérément seule. Abandonnée par Sophie, sa meilleure amie, elle doit aussi affronter le mal-être de sa grande sœur. Et surtout, Annabelle n’a plus personne à qui se confier. Jusqu’au jour où elle rencontre Phil, un fou de musique qui a décidé de toujours dire la vérité en face, qu’importent les conséquences… Annabelle, qui préfère inventer des histoires pour éviter tout conflit, sera-t-elle capable d’accepter l’amitié de ce garçon si différent des autres ? Lui seul semble capable de déchiffrer son cœur comme une partition de musique.

note

4

mon-avis

Encore relecture d’un roman de Sarah Dessen ! J’avais vraiment envie de me replonger dans certaines de ses œuvres, même si je les ai déjà lues plusieurs fois. Peu de surprises dans la découverte de l’intrigue donc, mais toujours le même plaisir de lecture.

On fait la connaissance d’Annabelle, une jeune fille qui a vu sa vie changer en un été car sa meilleure amie Sophie l’a laissée tomber à cause d’une chose qu’elle n’a pas faite. Elle se retrouve désormais seule au lycée, sans amis. Elle se rapproche peu à peu de Phil, un garçon solitaire qui a pour habitude de toujours être honnête. Il déstabilise Annabelle parce qu’elle, de son côté, a plutôt tendance à enjoliver les choses pour éviter les conflits, surtout à la maison, ayant peur d’avouer à sa mère qu’elle veut arrêter le mannequinat. Il va cependant l’aider à se sentir mieux. Comme presque toujours dans les romans de cette auteure, le personnage principal est une fille attachante, mal dans sa peau et mal à l’aise dans sa situation familiale. Annabelle fait de son mieux pour ne faire de peine à personne mais ça l’empêche de dire ce qu’elle pense vraiment ou de partager ce qu’elle ressent. De même, pour elle, un conflit signe la fin d’une amitié. Bien que je comprenne qu’elle ait du mal à se confier, j’avais parfois envie de la secouer un peu pour qu’elle avoue enfin ce qui lui passait par la tête. En même temps, c’est l’évolution dans son caractère qui rend l’histoire intéressante, si elle parlait tout de suite le livre n’aurait pas lieu d’être. J’ai adoré Phil, qui l’aide à changer petit à petit. Il manque peut-être de délicatesse parfois, mais il est le seul qui est vraiment prêt à écouter la jeune fille. Sophie, surtout dépeinte lors des différents flashbacks, m’a beaucoup énervée par son comportement égoïste, je ne comprends pas pourquoi Annabelle se laissait faire. Mais elle cache aussi des faiblesses. Emma, la sœur d’Annabelle, atteinte de troubles alimentaires m’a aussi touchée dans son évolution vers la guérison. Et pour une fois dans un livre de cette auteure, les parents ne m’ont pas énervée du tout.

L’histoire est certes prévisible comme l’est souvent celle d’un roman pour ados, mais j’ai apprécié le fait que Sarah Dessen se penche plus sur le développement du caractère d’Annabelle, sur sa relation avec sa mère et sa sœur, sur la maladie de cette dernière, que sur la romance. Celle-ci est aussi présente bien sûr, mais elle passe au second plan. Les nombreux flashbacks sont bien amenés et permettent de comprendre peu à peu le comportement des différents personnages et de développer chacun d’eux. C’est bizarre à dire, mais j’ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux en lisant les 50 dernières pages, la fin m’a émue.

Je recommande ce livre à ceux ou celles qui aiment ce genre d’histoires pour ados avec un ou deux sujets touchants en toile de fond.

Cette chronique figure également sur le blog foxyreader

TAG – Book Fangirling Award

Book_fangirling_fanboying_award

Bonjour , à tous et à toutes. On se retrouve aujourd’hui car j’ai été tagué par Charlitdeslivres que je remerci pour la nomination. Au passage, allez faire un tour c’est un blog super agréable à lire !


Commençons par les règles :

  • Répondre aux questions de la personne qui nous a nominé
  • Répondre à ce tag avec un article
  • Nominé 5 à 10 bloggeurs
  • Poser 5 questions à ces bloggeurs

Allez on y va !


La sortie d’un livre, d’un film ou d’une série que tu attends avec impatience ?

Le tome 3 de phobos, oulala que oui je l’attends. Sinon en film j’attend la suite de Divergente 3 et en série la saison 6 de The Walking Dead.

Que fais tu en cas de panne de lecture sérieuse ?

Lorsque cela m’arrive, je me force quand même à lire, même si c’est que quelques lignes et ensuite ça va mieux.

Un coup de cœur que tu nous recommandes depuis 2016 ?

Euh.. Il en a tellement. Je vous invite à aller voir ici.

 Quel est le méchant que tu adores détester ?

Orion dans la saga « Au delà des Etoiles » de Beth Revis.

Lis tu plusieurs livres en même temps ou cela t’embrouille ?

Je n’arrive pas à en lire plusieurs en même temps, cela m’embrouille et je n’arrive tout simplement pas à me consacrer pleinement à l’histoire. 

Je nomine ces 5 bloggeurs(euses) ainsi que tout ceux qui souhaitent le reprendre :

Mes 5 questions : 

  • Quel(s) genre(s) préfère-tu lire ?
  • As-tu un personnage préféré en particulier qui dépasse tout les autres ?
  • Quel est/sont ton/tes dernier(s) coup(s) de cœur ?
  • As-tu déjà abandonné un livre ?
  • Quel(s) livre(s) à/ont amplifier tes émotions au point de « bouleverser ta vie » ?

C’est terminer pour ce tag, j’espère que cela vous à plu 🙂 et j’espère également que vous prendrez plaisir à faire ce tag. On se retrouve très prochainement.

Révélée de Renee Knight

révélée

fiche-technique

Titre : Révélée

Auteur : Renee Knight

Genre :  Thriller

Maison d’édition-Collection : Edition Fleuve- Fleuve Noir

Date de parution : 09/04/2015

Nombre de page : 350

Nombre de tome : 1

Prix : 19.90 €

résumé

Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé n’est certainement pas fortuite… Le livre a simplement été déposé dans sa boite aux lettres. Sans cachet de la poste, sans aucun message. Depuis qu’elle l’a commencé, Catherine ne dort plus. C’est sa vie qu’elle lit, révélée sur le papier par un inconnu. Un certain E. J. Preston qui sait tout d’elle. Même son secret le mieux enfoui…

note

5

mon-avis

fleuve

La force que procure la colère est extraordinaire. J’ai littéralement retourné la maison, en quête d’autres secrets. Je me suis attaqué à notre nid familial comme s’il était l’ennemi. Je suis passé de pièce en pièce, j’ai déchiré, renversé, retourné, fichu une sacrée pagaille, mais je n’ai rien trouvé d’autre. Toute l’affaire m’a donné le sentiment d’être tombé dans une canalisation bouchée et de tâtonner dans des eaux usées pour tenter d’y voir plus clair. Sauf qu’il n’y avait rien de concret à quoi se raccrocher. Tout ce que je sentais, c’était une crasse molle, qui me rentrait par les pores et s’insinuait sous mes ongles, et sa puanteur m’emplissait les narines, s’accrochait à mes cheveux, s’imprégnait dans les petits vaisseaux sanguins et polluait mon corps tout entier.

Ce livre traînait quand même dans ma PAL depuis novembre, voire avant je crois ! Quelle honte ! Ayant besoin d’un thriller, j’ai attrapé Révélée et je me suis lancée.

L’histoire est racontée de deux points de vue (voire quatre, mais ce n’est pas le cas pendant la majeure partie du livre ) . Enfin, alternant d’un chapitre à l’autre, nous avons le point de vue de Catherine et celui d’un vieil homme, Stephen Brigstocke. On nous parle de ce livre dès le début mais on ne sait pas encore ce qu’est ce secret, puisque en fait on nous en parle sans révéler quoi que ce soit. C’est ce qui pousse le lecteur à continuer et à vouloir savoir quelle est cette chose si atroce qu’a à cacher Catherine et pourquoi ce vieil homme prend les choses tellement à cœur.

Les personnages sont très attachants, tous autant qu’ils sont, même si j’ai parfois voulu gifler le mari de Catherine qui, lorsqu’il apprend la « vérité », monte trop rapidement sur ses grands chevaux sans laisser Catherine s’expliquer et donner sa version. Alors pourquoi vérité entre guillemet ? Car celui qui a écrit ce livre n’était absolument pas présent lors des événements, il a donc écrit ce livre en se basant sur quelques photos prises (pas par lui bien sûr) et en inventant sa propre histoire telle qu’il l’avait imaginée ou plutôt telle que sa femme l’avait imaginée , donc bon je n’ai pas vraiment compris la réaction de son mari. Alors oui, il y a eu faute mais il aurait au moins du prendre la peine d’écouter la version de sa femme avant de se ranger du côté ennemis, et il en a pris un sacré coup ! En tout cas, moi j’avais vraiment hâte de découvrir la version de Catherine qui est différente de celle du livre sur certains points. Avant de découvrir les passages du livre et en gros de découvrir son secret, je ne m’attendais pas à ça et pourtant j’aurais dû, sachant que bien souvent lorsque la femme est au cœur d’un « secret », il s’agit de ça. C’est un thriller émouvant, qui fait réfléchir sur la façon de juger autrui sans réellement savoir. C’est donc un bouquin que je vous recommande.